Mayotte: les barrages se poursuivent, opération de lutte contre l'immigration clandestine en cours

Chargement en cours
 Manifestants réclamnt des mesures contre l'insécurité à Mamoutzou (Mayotte) le 13 mars 2018

Manifestants réclamnt des mesures contre l'insécurité à Mamoutzou (Mayotte) le 13 mars 2018

1/2
© AFP, Ornella LAMBERTI
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 15 mars 2018 à 10h28

Les barrages mis en place par la population pour protester contre l'insécurité se poursuivaient jeudi matin à Mayotte, où une opération de lutte contre l'immigration clandestine était menée par les gendarmes, a constaté une journaliste de l'AFP.

Onze points de barrages ont été comptabilisés dans toute l'île.

Les gendarmes menaient jeudi matin une opération de contrôle au nord de Mamoudzou, et 42 étrangers en situation irrégulière avaient été interpellés à 08H30 (06H30 heure de Paris), selon un premier bilan des gendarmes.

Sur la commune de Koungou, au niveau du village de Majicavo, les forces de l'ordre arrêtent tous les véhicules passant sur la nationale, contrôlant des papiers d'identité et du véhicule. Tee-shirt rouge et pantalon gris, le conducteur d'une voiture est interpellé. Il n'a pas de papiers. Il est escorté dans un fourgon, où attendent déjà six personnes. 

Deux minutes plus tard, une femme en salouva rouge est obligée de descendre d'un taxi collectif et de rejoindre le fourgon: elle n'a pas ses papiers d'identité sur elle mais assure qu'ils sont chez elle. "Je ne peux pas vous croire sur parole, suivez-nous", répond le gendarme.

"C'est positif, mais c'est plutôt des contrôles et des interventions dans les villages qu'il faudrait faire, la nuit, quand les jeunes font des actions violentes", estime un conducteur en règle. 

"Nous on veut de l'action, on en a marre des promesses", juge un vieil homme assis sur le trottoir, qui assiste à l'intervention des gendarmes. "Le problème, c'est qu'il n'y a pas de sécurité aux frontières, ces gens vous les renvoyez là-bas (aux Comores, ndlr) , et le lendemain ils vont revenir", dénonce-t-il.   

Mayotte est secouée depuis près de quatre semaines par un mouvement de contestation qui réclame des mesures contre l'insécurité et l'immigration.

La ministre des Outre-mer Annick Girardin s'est rendue sur l'île en début de semaine et a annoncé lundi une première série de mesures pour la sécurité et contre l'immigration irrégulière. Mardi, au bout de cinq heures de négociations avec l'intersyndicale et le collectif initiateurs du mouvement, 15 mesures supplémentaires réclamées par ce collectif ont été selon lui acceptées par le gouvernement. 

Parmi elles, la lutte contre les attestations d'hébergement et de paternité de complaisance, la mise en place de navires supplémentaires contre l'immigration clandestine, la reconnaissance des associations luttant contre l'insécurité, la lutte contre l'habitat clandestin et le démantèlement des bandes de délinquants, sources d'insécurité.

Un des porte-parole de ce mouvement, Fatihou Ibrahime, avait alors salué "des avancées réelles" et indiqué que l'intersyndicale proposerait aux manifestants la levée des barrages.

Mais ceux-ci sont maintenus et la grève générale se poursuit, ont annoncé mercredi les organisateurs, estimant que "des points manquaient" dans l'accord de principe trouvé avec Mme Girardin, notamment en matière de sécurité. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
40 commentaires - Mayotte: les barrages se poursuivent, opération de lutte contre l'immigration clandestine en cours
  • Cette démonstration démontre que les flux doivent être maîtrisés et contrôlés et où tout doit être fait pour qu'ils cessent la progression sur Mayotte avec tous les risques d'une asphyxie à cette île qui va vivre l'implosion....

    Donc, c'est un constat inquiétant qui nous reporte à ceux qui croient que les flux peuvent être sans contrôles à des quotas à devoir respecter...

    Pour que le droit d'Asile puisse être respecté sur les critères d'un Asile Politique et non d'un Asile Economique où aucun pays ne peut supporter des flux en progression au détriment de ceux légitimes qui en pâtissent...

    Aucun pays n'est favorable à des flux sans quotas et où une Politique migratoire et de migrants doit s'imposer afin de ne pas être confronté à ce cas de Mayotte où les risques sont à ceux qui sont dépassés par ces flux de migrants et où la maîtrise n'est pas sous des règles drastiques à devoir imposer à quiconque reçoit des migrants émanant de lieux et de pays où ils sont nombreux en conflits actuellement ou sur d'autres critères de pauvreté extrême....

    C'est une autre politique des lieux défavorisés à devoir engager des pays concernés....

    Et, où chaque pays doit pouvoir se réserver l'Asile politique et combattre les migrants clandestins...

    Notre pays est loin d'être dans une situation favorable à accueillir toute la misère du monde et où il reste en menaces d'attentats....

    Les citoyens sur el terrain sont inquiets et pourtant sont des modérés.... Qui refusent de voir un pays sous des flux en progression, quand le pays n'est pas sur une période sereine sur divers critères....

    Ces constats en valent d'autres et émanent de gens qui votent diverse étiquettes et loin d'être rassurés par ce qui se passe à Mayotte et sur les flux de migrants qui s'imposent au sein de notre pays...

    Il y a des urgences d'une politique à cette gestion et à la maîtriser pour éviter toutes les dérives aux citoyens légitimes et concernés par ces flux qui émanent de nombreux pays... Aux motifs tous divers....

  • tien tien,je croyais avoir entendu que l'immigration était une richesse pour la France. l'ai du mal ouir?

  • il suffit de rétablir le droit du sang et non le droit du sol et plus de discussions...

    vous avez tout a fait raison

    Vous avez tout à fait raison.

  • La population de Mayotte a raison de mettre des barrages pour lutter contre l'immigration clandestine. Que toutes les embarcations comoriennes soient déroutées et retournent d'où elles viennent !

  • Tiens tiens...les barrages se poursuivent? bizarre car hier, toutes les radios (aux ordres" sans doute) disaient que tout allait bien, que le ministre (de Macron) avait fait le nécessaire etc...
    J'en ai marre que toutes les mass-médias ne parlent en termes élogieux du président et ce, tous les jours, que dis-je, toutes les heures...et même quand Macron insulte les retraités. ou autres français de la campagne....Quand aurons-nous une radio indépendante qui présente objectivement les faits et non qui les détourne pour la gloire de Macron.