Masques sanitaires : les producteurs français se plaignent de la concurrence chinoise et alertent l'État

Masques sanitaires : les producteurs français se plaignent de la concurrence chinoise et alertent l'État©Panoramic (photo d'illustration)

publié le lundi 28 juin 2021 à 17h22

BFMTV revient sur le mécontentement des producteurs français de masques sanitaires. Ils accusent les autorités de donner la priorité aux entreprises chinoises et craignent de voir leur filière s'effondrer progressivement.

L'industrie française tape du poing sur la table. Selon BFMTV, les entreprises françaises produisant des masques sanitaires interpellent l'État sur une situation qui devient de plus en plus difficile pour elles. Elles peinent à écouler leur production et cela serait lié à certaines décisions des autorités qui privilégient les sociétés étrangères.


Le Syndicat des fabricants de masques français annonce qu'au moment de choisir vers quels producteurs se tourner, l'État se baserait uniquement sur un critère : le prix. Par conséquent, ce sont souvent les masques produits en Chine qui sont privilégiés. "De plus, les exportations chinoises sont subventionnées et un producteur français ne peut se mettre en concurrence avec un masque importé", soulignait Christian Curel, président du syndicat mais aussi directeur général de PRISM, une société qui fabrique des masques, à France Bleu.

Il rappelle également qu'à l'inverse du début de la crise sanitaire, la capacité de production a passé un cap important en France, pouvant produire près de 100 millions de masques par semaine. Mais face à une production qui peine à s'écouler, c'est le spectre de la surproduction qui plane au-dessus des sociétés.

Les producteurs français réclament une concurrence saine

Dans leurs différentes prises de position, plusieurs dirigeants d'entreprises françaises ne vont pas jusqu'à réclamer un favoritisme national mais que les choix soient basés sur d'autres choses. Patron de Macopharma, Yvan Malepart déclarait au Figaro en mai qu'il voulait une "concurrence saine. On ne peut pas continuer à laisser entrer en Europe des masques qui ne respectent pas les normes."

Christian Curel alerte sur la pénurie de masques qu'avait vécue la France au moment où la Chine avait fermé ses frontières. Pour éviter un tel couac, il encourage l'État à ne pas se concentrer uniquement sur le prix lors des appels d'offre mais de prendre en compte également "la partie environnementale, la qualité des masques et la garantie d'approvisionnement."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.