Marseille : une soirée clandestine rassemble 500 personnes, la police intervient

Marseille : une soirée clandestine rassemble 500 personnes, la police intervient©Panoramic (image d'illustration)

, publié le lundi 14 décembre 2020 à 09h25

500 personnes ont participé à une soirée clandestine à Marseille samedi 12 décembre. Les policiers sont intervenus pour évacuer les lieux et distribuer des amendes aux fêtards. Lundi, le propriétaire de la salle s'est défendu au micro de BFMTV.


En France, le confinement ne sera officiellement levé que mardi 15 décembre et, même après cette date, la prudence devra rester de mise.

Mais ni le contexte sanitaire actuel, ni les restrictions qui y sont liées n'ont empêché la tenue d'une soirée clandestine, samedi 12 décembre dans une salle du XIVe arrondissement de Marseille (Bouches-du-Rhône). Selon les informations révélées par La Provence, environ 500 invités s'étaient réunis sur place. D'après certains témoignages, le prix d'entrée était fixé à 150 euros pour deux personnes et une bouteille d'alcool.

Interrogé sur BFMTV lundi 14 décembre matin, le propriétaire de la salle a nié être à l'initiative de cette "fête privée illégale", selon la préfecture de police des Bouches-du-Rhône. Il affirme avoir loué la salle de 300 m2 à une agence d'événementiel qui désirait stocker du matériel et avoir défendu les locataires d'organiser une soirée dans ses locaux. 

"Ils ont pris le risque de vouloir faire une soirée là-dedans, je leur ai dit de ne pas faire de soirée, et ils l'ont fait, je ne vais pas leur tirer dessus", a-t-il expliqué, assurant qu'il n'était pas au courant de l'événement. "Je suis venu leur dire de ne pas faire de soirée, ils ont continué, je ne peux rien faire d'autre".



Le quotidien régional rapportait de son côté ce week-end que le port du masque était loin d'être respecté par l'ensemble des invités lors de la-dite soirée. Alertés, les policiers de la sécurité publique sont intervenus vers 1h30, dans la nuit de samedi à dimanche, afin de procéder à l'évacuation de cette salle qui, en temps normal, est utilisée pour célébrer des mariages. Les forces de l'ordre en ont profité pour distribuer des amendes de 135 euros aux fêtards, ainsi que pour saisir des bouteilles d'alcool, du protoxyde d'azote (gaz hilarant) et des produits stupéfiants.   

Une enquête ouverte 

Alors que les organisateurs de cet événement sont toujours activement recherchés, une enquête a été ouverte pour "mise en danger de la vie d'autrui". Un peu plus tôt cette semaine, Le Figaro révélait qu'un réseau de soirées clandestines avait été démantelé par la préfecture de police de Paris.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.