Marseille : une fête clandestine sans gestes barrières scandalise

Marseille : une fête clandestine sans gestes barrières scandalise
©Panoramic

, publié le mardi 24 novembre 2020 à 09h00

Selon les informations d'Europe 1, la police a mis un terme à une fête clandestine dans un bar supposé être fermé à Marseille (Bouches-du-Rhône). 45 personnes sans masque ont été verbalisées et l'organisateur supposé de la soirée mis en garde à vue.

Le confinement et les gestes barrières ont été oubliés le temps d'une soirée qui pose problème à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Selon les informations d'Europe 1, la police a mis un terme à une fête clandestine dans la cité phocéenne. Les gestes barrières n'y étaient pas du tout respectés alors que l'épidémie de coronavirus continue de toucher le pays de plein fouet.



Les faits se sont déroulés dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 novembre. La soirée a commencé à s'agiter au niveau de la rue Berlioz vers deux heures du matin. Les habitants des environs ont perdu patience face au bruit insistant qui provenait d'un bar censé être fermé en ces temps de confinement dans tout le pays.

Alertée par les riverains, la police s'est alors rendue sur place pour constater le vacarme et découvrir le pot aux roses. Au total, pas moins de 45 fêtards s'étaient réunis dans cet établissement pour célébrer un anniversaire, bravant toutes les consignes sanitaires instaurées dans le pays.

Une sévère amende pour chaque fêtard

Les policiers ont remarqué toutes les règles enfreintes par le groupe d'amis. Le bar devait être fermé, aucun fêtard ne disposait d'une attestation justifiant leur présence loin de leur domicile à une telle heure. De plus, aucun ne portait un masque pour se protéger. L'organisateur supposé de la soirée a été placé en garde à vue pour mise en danger de la vie d'autrui.

Face à cette addition d'infractions, les forces de l'ordre n'ont pas hésité à sanctionner tout ce petit monde et ce, pour tous les délits identifiés. Que cela soit pour l'absence de port du masque ou bien la violation du confinement, chaque personne a reçu à chaque fois deux amendes de 135 euros. Un total de 270 euros à payer par personne pour un anniversaire à la fin mouvementée.

Cette soirée n'est pas un cas isolé dans le pays. Dans la nuit du 13 au 14 novembre dernier à Joinville-le-Pont, dans le Val-de-Marne, la police avait déjà été forcée de mettre un terme à une fête regroupant pas moins de 300 personnes. Des personnes avaient par la suite été testées positives au Covid-19. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.