Marseille : une enseignante "rouée de coups" par une élève de 5e

Marseille : une enseignante "rouée de coups" par une élève de 5e

La collégienne n'a pas supporté que son téléphone portable lui soit confisqué. Ici le collège Rosa Parks en décembre 2014.

Orange avec AFP, publié le mardi 16 janvier 2018 à 20h10

Une élève de 5e a agressé une enseignante ce mardi 16 janvier au collège Rosa-Parks dans les quartiers nord de Marseille. Les professeur de l'établissement ont décidé d'exercer leur droit de retrait, estimant que leur sécurité n'est pas garantie.

Les faits remontent à lundi : l'élève de cinquième a insulté puis frappé sa professeur car elle refusait de lui donner son téléphone portable comme le prévoit le règlement intérieur, a expliqué Julien Huard, documentaliste et représentant du syndicat CNT au collège. "La gamine n'a pas accepté et l'a rouée de coups". L'enseignante s'est vue prescrire 7 jours d'interruption totale de travail (ITT), a-t-il précisé.

"CETTE ANNÉE SCOLAIRE EST COMPLIQUÉE"

"Il s'agit d'une agression violente, avec des coups et des insultes", a précisé un porte-parole de l'Académie d'Aix-Marseille, qui a précisé que l'Éducation nationale avait envoyé mardi des "équipes mobiles de sécurité" pour "accompagner les équipes et écouter les besoins". De leur côté, les enseignants de cet établissement classé REP+ ont décidé d'une "journée morte" mardi, et exercé leur droit individuel de retrait.

Le collège, installé dans un bâtiment moderne, "n'était pas particulièrement atteint par les violences physiques, mais cette année scolaire est compliquée", explique Julien Huard, qui a compté trois agressions de professeurs depuis la rentrée de janvier. Un "climat de plus en plus pourri" que les professeurs attribuent également au manque de moyens, et notamment aux non-remplacement des profs, à la réduction de la présence des AVS, chargés d'épaulés les élèves handicapés, et des "médiateurs de rue" devant le collège.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
522 commentaires - Marseille : une enseignante "rouée de coups" par une élève de 5e
  • avatar
    caplan  (privé) -

    J'ai vécu mai 68 et cela part de cette époque ..où il était interdit de punir un élève "qui avait le courage de manifester ses opinions" même s'ils étaient violents. ..
    J'ai assisté à des actes de voyous excusés par les jeunes profs "progressistes (lol) .. Et bien, dansez maintenant ! Le laxisme vous le reprenez en pleine figure ..

  • Notre pays récolte ce qui a été semé depuis deux générations . Par contre, je m'étonne toujours du silence assourdissant sur ce sujet des grands humanistes ou de ceux qui montent au créneau dès qu'il est question de revendiquer sur les DROITS de ces fauteurs de troubles .

  • j'espère que je me trompe mais cette jeune fille démarre mal dans la vie on ne doit rien lui refuser

  • C’est là le triste résultat du combat contre l’ordre moral que mènent les biens pensants depuis deux générations.

    Faut-il s’en étonner quand on mesure l’étendue du naufrage de l’Education Nationale ?
    N’est-ce pas là l’héritage de mai 68, ce contre modèle de société où il est interdit d’interdire ?
    N’est-ce pas là le résultat de cette société multiculturelle que la gauche nous a tant vantée depuis des lustres ?

    Si nos enseignants n’étaient pas aussi politisés et se limitaient à la transmission du savoir, nous n’en serions pas là.

    C’est fort regrettable, mais il appartient maintenant aux jeunes enseignants d’en assumer le lourd héritage, ils n’ont pas le choix, sauf à initier à leur tour un mai 68 à l’envers.

    Après tout, le déclin d’un pays n’est jamais inéluctable…

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]