Marseille : un détenu "inquiétant" condamné à 30 mois ferme pour apologie du terrorisme

Marseille : un détenu "inquiétant" condamné à 30 mois ferme pour apologie du terrorisme
Un étage de la prison des Baumettes, en 2013

, publié le samedi 06 août 2016 à 12h23

- Un individu de 29 ans a été jugé vendredi 5 août, au tribunal de grande instance de Marseille, pour des faits d'outrage et d'apologie du terrorisme. -

Les faits sont devenus une préoccupante habitude à la prison des Baumettes de Marseille.

Un Cannois de 29 ans a comparu pour avoir proféré des propos menaçants dans l'enceinte du centre de détention. Incarcéré depuis trois ans dans plusieurs établissements successifs, Jamel B. est impliqué dans une affaire de terrorisme, qui sera jugée en cour d'Assises. Selon les informations de La Provence, il s'agirait de la cellule jihadiste de Cannes-Torcy. Vingt jihadistes présumés formant cette cellule, considérée comme l'une des plus dangereuses démantelées en France ces dernières années, ont été renvoyés en décembre dernier devant la cour d'Assises spéciale pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

"LE VENT EST EN TRAIN DE TOURNER"

Indépendamment de cette affaire, le détenu a fait parler de lui en lançant régulièrement des appels à la prière au sein de la prison, qui lui ont valu plusieurs sanctions disciplinaires. Le 20 juillet dernier, les surveillants de l'établissement sont tombés sur le détenu en train de téléphoner dans sa cellule à l'aide d'un iPhone. Après une intervention musclée visant à récupérer le téléphone, les agents ont trouvé un deuxième portable, ainsi qu'une clé USB comportant des fichiers en langue arabe d'appels au jihad, glorifiant Oussama Ben Laden et l'organisation terroriste Etat islamique. Selon le président du TGI de Marseille Fabrice Castoldi, ces documents prêchaient des messages menaçants tels que "Nous allons brûler le cœur de l'Amérique" ou "Pour notre jihad, nous allons achever les mécréants".

"Ca ne se passera pas comme ça, le vent est en train de tourner, vous allez voir quand je ressortirai. Je nique la France!" avait lancé le détendu dans les couloirs du centre pénitentiaire, après avoir insulté la directrice des Baumettes et menacé de mort les surveillants. Lors de son audience, l'accusé a nié tout prosélytisme au sein de l'établissement. Il a notamment expliqué utiliser la clé USB "pour les cours, en français. "Je ne comprenais pas les chants en arabe : je ne savais pas que c'était des appels au jihad" a t-il affirmé. Jamel B. Plaidant le "coup de nerfs", Jamel B. a reconnu avoir employé le terme de "mécréants" face aux surveillants : "Depuis quand 'mécréant' est-il une insulte?", a t-il demandé.

Face à cet argumentaire, le ministère public a demandé une peine de de 30 mois de prison ferme, réquisition suivie par le tribunal. "Il y a des prévenus qui rassurent et des prévenus qui inquiètent. Celui-là fait partie de la deuxième catégorie" a commenté Me Bruno Lombard, avocat représentant l'administration pénitentiaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.