Marseille: un bébé décédé à l'hôpital, incinéré par erreur

Marseille: un bébé décédé à l'hôpital, incinéré par erreur

L'Hôpital de la Timone à Marseille le 19 décembre 2017

AFP, publié le jeudi 01 mars 2018 à 20h43

Un couple marseillais a déposé plainte à la suite de l'incinération par erreur de leur bébé décédé à l'âge de huit mois à l'hôpital de la Timone, a-t-on appris jeudi auprès de leur avocat.  

Le couple avait réglé avec une entreprise funéraire les obsèques de leur sixième enfant, décédé dans la nuit du 23 au 24 février à l'hôpital des suites d'une pathologie cardiaque. Alors que le couple s'apprêtait, mercredi, à enterrer au cimetière leur fils prénommé Moïse, des responsables hospitaliers les ont informés, après plusieurs heures d'attente, que le corps avait par erreur été incinéré le matin même au funérarium d'Aubagne, a raconté leur avocat Me Prosper Abega.

Dans un courrier adressé mercredi aux parents et dont l'AFP a eu connaissance, le directeur du groupe hospitalier de la Timone a confirmé "qu'un échange de corps (avait) eu lieu entre leur enfant et un autre enfant au sein des locaux de la chambre mortuaire de l'hôpital". 

Me Abega a précisé que, selon la culture de ce couple français d'origine camerounaise, "le corps doit retourner à la terre, l'incinération est inconcevable. Ils auraient souffert comme tous les parents face à la perte d'un enfant, mais face à cette seconde mort, leur souffrance est irréparable".

Les parents se sont rendus aussitôt au commissariat du 15e arrondissement où leur plainte pour "atteinte à l'intégrité d'un cadavre" a été reçue. "La plainte déposée", a expliqué Me Abega, "devra permettre aux parents de comprendre ce qui a pu conduire à cette deuxième disparition de leur enfant et de dégager des responsabilités".

Dans son courrier, le directeur de la Timone précise qu'il a ordonné une enquête administrative "visant à déterminer les circonstances de ce malheureux événement". 

Dans un communiqué, l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) déplore "un dysfonctionnement majeur dans les opérations funéraires" et évoque "une défaillance dans l'application des protocoles d'identitovigilance par les différentes personnes en charge des procédures de vérification".

"L'hôpital explique aux parents qu'il s'agit d'une confusion entre un prématuré et un bébé de huit mois, tous deux porteurs d'un bracelet. Il était donc facile de distinguer les deux", a réagi Me Abega.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
34 commentaires - Marseille: un bébé décédé à l'hôpital, incinéré par erreur
  • L'hôpital est responsable ça ne fait aucun doute et il n'est malheureusement pas possible de revenir en arrière pour ce pauvre bébé. Les parents n'ont pas d'autre choix que d'enterrer les cendres, si c'est possible, et de mettre de côté leurs croyances religieuses. Qu'une plainte soit déposée pour que les responsables soient condamnés, soit, mais si c'est pour être indemnisés, je trouverais cela indécent. La perte d'un enfant est vraiment la pire chose qui soit. Sincères condoléances aux parents.

  • a voir les commentaires de la plupart ici !!! je comprend mieux ce qui arrive a la France ces dernières années ...

  • C est une honte les commentaires de certains internautes prier ou esperer ne jamais perdre un enfant, vous êtes des animaux..
    Maintenant l hopital de la Timone c est gravicime cette histoire les responsables doivent être jugés et en premier lieu le Directeur car ici comme ailleurs il est payé pour faire son boulot. C est pas étonnant que les hopitaux français sont partout dans le déclin que ce soit dans le domaine administratif que médical.

  • Je trouve vraiment déplorable ces commentaires racistes sur la mort d'un bébé ! Cela me sidère !

  • bien dit youyou2017