Marseille : soupçonnée d'avoir caché le décès de sa mère durant 23 ans pour toucher la pension de retraite

Marseille : soupçonnée d'avoir caché le décès de sa mère durant 23 ans pour toucher la pension de retraite
Des billets de 500 euros le 12 février 2016.

Orange avec AFP, publié le vendredi 13 avril 2018 à 20h02

La septuagénaire a touché près de 162 000 euros durant ces 23 ans d'escroquerie. Entendue par la police, elle a reconnu les faits.

Une retraitée de 76 ans a reconnu avoir caché le décès de sa mère durant...

23 ans ! La septuagénaire a été entendue par les enquêteurs de la sûreté départementale des Bouches-du-Rhône le 6 avril, rapporte Le Point jeudi 12 avril. Elle est, en effet, soupçonnée d'avoir dissimulé le décès de la vieille femme afin d'empocher sa pension de retraite à sa place.



La caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) a donné l'alerte. Au cours d'un contrôle en 2015, les agents de la Carsat s'étonnent de l'absence de la retraitée, qui aurait dû alors être âgée de 101 ans, au domicile familial à Marseille. Sa fille prétexte alors un voyage dans son pays d'origine, le Monténégro.

500 euros par mois durant 23 ans

Selon Le Point, celle qui devait être centenaire était en réalité décédée en 1993, mais le décès n'a jamais été déclaré. Inquiète après le contrôle de la caisse de retraite, la fille de la défunte produit alors un faux certificat de décès. "Elle a falsifié un certificat de décès d'un de ses proches afin de faire croire que sa mère était morte le 25 septembre 2015. Elle est finalement passée aux aveux devant les policiers de la brigade de lutte contre les fraudes de la sûreté départementale", relate une source proche de l'affaire, citée par Le Point. Elle aurait par ailleurs précisé avoir touché 500 euros par mois à la place de sa mère durant 23 ans, soit un pactole de 162 000 euros. L'arnaqueuse sera jugée pour escroquerie par le tribunal de grande instance, conclut l'hebdomadaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.