Marseille, le "Détroit français" ?

Marseille, le "Détroit français" ?©Wochit

, publié le mardi 20 novembre 2018 à 20h20

La catastrophe de Marseille cacherait-elle une réalité encore plus dure ? Après l'effondrement de plusieurs immeubles rue d'Aubagne dans le quartier de Noailles il y a deux semaines, et le décès de huit personnes, le New York Times dresse un constat alarmant de la cité phocéenne. Le journal va jusqu'à la comparer à la ville américaine de Detroit, connue pour son extrême pauvreté et sa violence, qui avait demandé sa mise en faillite en 2017.

Les chiffres sont plus qu'alarmants.

Selon un rapport remis à l'ancienne ministre du Logement Sylvia Pinel en 2015, 40 000 habitations sont considérées comme dangereuses à Marseille, soit un dixième des logements de ce type à l'échelle nationale. 100 000 personnes seraient concernées.



Le New York Times rappelle que si une large partie de l'argent public a été dépensé dans des infrastructures modernes, comme le stade Orange Vélodrome ou le Mucem, peu de choses ont été faites pour les logements, dont certains datent du 18ème siècle. Ainsi, le journal américain met en perspective la situation de Marseille avec celle de Detroit, principale ville de l'État du Michigan, au nord-est des États-Unis. Un lieu qui a perdu deux tiers de sa population en 50 ans, du fait de son extrême pauvreté, et des situations tendues entre ses différentes communautés.

À Marseille, c'est bien le quartier de Noailles, où les immeubles se sont effondrés, qui concentre tous les maux de la deuxième ville de France. Si plusieurs habitants déclarent avoir honte de ramener de la famille ou des amis dans ce quartier, beaucoup disent maintenant avoir peur pour leur propre sécurité.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.