Marseille : le bouleversant témoignage de la tante de l'adolescent tué par balles

Marseille : le bouleversant témoignage de la tante de l'adolescent tué par balles©Pixabay

publié le vendredi 20 août 2021 à 13h10

La tante de l'enfant de 14 ans tué par balles, mercredi 18 août à Marseille, a témoigné au micro de BFMTV. Elle est formelle, son neveu "n'était pas un dealer".

La fusillade a également fait deux blessés âgés de 8 et 14 ans.

La tante de Rayanne, l'adolescent de 14 ans mort lors d'une fusillade, mercredi 18 août, dans le 14e arrondissement de Marseille (Bouches-du-Rhône), est bouleversée. Dans un entretien accordé à BFMTV, vendredi 20 août, elle est revenue sur le drame qui affecte sa famille et livre sa vérité sur qui était son neveu. "Il n'a aucun casier judiciaire, il était scolarisé (...) Rayanne n'est pas le pseudo délinquant-dealeur-guetteur comme j'ai pu le lire sur certains réseaux sociaux. Il ne faut vraiment pas faire l'amalgame, sous prétexte que l'on vit dans les quartiers nord de Marseille", a-t-elle notamment affirmé. Pour elle, il était juste un enfant, et sa famille doit, aujourd'hui, faire son deuil.


Egalement mère d'une fille de 11 ans, la tante de l'adolescent a confié à BFMTV ne plus oser la laisser sortir. Revenant sur la situation sécuritaire dans la cité phocéenne, elle a évoqué "un climat de terreur, ces dernières semaines", marqué par des tirs même en pleine journée. Pourtant, elle ne vivait pas dans la peur. "On ne se dit pas que ça peut nous arriver, que ça va arriver à un membre de sa famille, qu'on va aller enterrer un de nos mômes de 14 ans sous prétexte qu'il était au mauvais endroit au mauvais moment", a-t-elle déploré, émue. Cette riveraine des quartiers nord de la ville semble toutefois ne pas avoir grand espoir de voir les choses changer pour le mieux à Marseille, malgré les appels de plusieurs figures politiques, notamment le maire de la ville Benoît Payan.

Elle "ne demande rien aux autorités, parce qu'il ne se passera rien"

Malgré la mort de son neveu, résignée, elle "ne demande rien aux autorités, parce qu'il ne se passera rien. J'habite dans les quartiers nord depuis vingt-cinq ans, on sait tous comment ça se passe", a-t-elle fustigé, regrettant une situation sécuritaire qui n'évolue pas. Désabusée, elle ne croit plus en l'arrestation des dealers, malgré les morts régulières à Marseille.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.