Marseille: l'AP-HM veut "tourner la page" Didier Raoult à la tête de l'IHU

Marseille: l'AP-HM veut "tourner la page" Didier Raoult à la tête de l'IHU
Le Professeur Didier Raoult dans son bureau de l'IHU Méditerranée Infection, le 26 février 2020 à Marseille

publié le jeudi 19 août 2021 à 20h31

Le directeur-général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, François Crémieux, a confirmé jeudi à l'AFP la volonté de l'AP-HM de "tourner la page" Didier Raoult à la tête de l'IHU Méditerranée Infection et de lui trouver un successeur après sa retraite fin août.

Joint par l'AFP, le nouveau patron des hôpitaux public marseillais, a confirmé les informations du journal Le Monde selon lesquelles l'AP-HM mais aussi Aix-Marseille-Université (AMU), membres fondateurs de l'IHU et membres de son conseil d'administration, entendaient lancer dès septembre la procédure de recrutement pour trouver un successeur au controversé professeur Raoult.

Si M. Crémieux a refusé de faire le moindre commentaire supplémentaire sur ce dossier, il a confirmé à l'AFP la teneur de l'article du Monde dans lequel il explique qu'"il y a un besoin de tourner une page et d'organiser l'avenir de l'IHU pour les vingt ans à venir".

Eric Berton, président d'Aix-Marseille-Université, n'a pu être joint par l'AFP jeudi. 

Au 31 août, M. Raoult, promoteur d'un traitement controversé des malades du Covid-19 via une bithérapie associant hydroxychloroquine et azithromycine, aura officiellement atteint l'âge de la retraite en tant que professeur des universités-praticien hospitalier. 

Si Didier Raoult, âgé de 69 ans, a bien fait une demande pour cumuler emploi et retraite et continuer à diriger l'IHU, comme l'a confirmé l'AP-HM à l'AFP jeudi, celle-ci serait donc refusée du côté des hôpitaux de Marseille et d'AMU.

Mais la décision finale sur cette demande devra être prise par les 18 membres du conseil d'administration de l'IHU, parmi lesquels l'AP-HM et AMU donc, mais aussi ses quatre autres membres fondateurs, l'Institut de recherche pour le développement, le Service de santé des armées, l'Institut Mérieux et l'Etablissement français du sang.

Joint par l'AFP, Philippe Douste-Blazy, membre de ce conseil d'administration en tant que personnalité qualifiée, n'a pas souhaité se prononcer sur le sujet, expliquant qu'il entendait "d'abord en parler avec François Crémieux, M. Raoult et les autres membres du conseil" et qu'il s'exprimerait à la rentrée.

Autres personnalités qualifiées membres de ce conseil d'administration, Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) ou Jacques Marescaux, président de l'Ircad, l'Institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif de Strasbourg, n'ont pas répondu aux appels de l'AFP.

Sollicités par l'AFP, ni l'IHU ni le professeur Raoult n'ont commenté ces informations.

Le professeur Raoult a encore fait parler de lui cette semaine via une vidéo sur le site Youtube de l'IHU, en affirmant notamment que "L'Islande a plus de cas maintenant que jamais" alors que c'est le pays "qui a été le plus vacciné de tous les pays développés" ou que "globalement la protection vaccinale contre les variants est modeste en terme d'épidémiologie".

Des propos qualifiés d'"inacceptables" par le professeur Jean-Luc Jouve, président de la commission médicale de l'AP-HM, pour qui cela "donne du grain à moudre aux complotistes et autres antivax". Et le professeur de rappeler à l'AFP que 95% des malades du Covid-19 actuellement en réanimation à l'AP-HM ne sont pas vaccinés.

Interrogé spécifiquement sur le cas du professeur Raoult, par le quotidien La Provence, le 9 juillet, à l'occasion de son arrivée à l'AP-HM, François Crémieux avait rappelé que "l'IHU ne bénéficie pas d'un droit d'exception" et que "quand on prescrit des médicaments, on le fait conformément aux recommandations de la Haute autorité de la santé et des sociétés scientifiques".

"L'objectif est aussi d'assurer l'avenir de l'IHU", insistait-il.

Vidéo sur le site Youtube de l'IHU

Vos réactions doivent respecter nos CGU.