France

Marseille : faute de place de stationnement, il cumule 1 400 euros d'amendes

© Wikimedia Commons (photo d'illustration)

Un habitant du 7e arrondissement de Marseille, où le manque d’emplacement de stationnement fait particulièrement défaut, a écopé d’amendes pour un montant total de 1 400 euros.

L’association 40 millions d’automobilistes monte au créneau. Dans son viseur, le manque de places de stationnement dans le 7e arrondissement de Marseille (Bouches-du-Rhône). Les emplacements y font défaut au point de provoquer la grogne des habitants, relate France Bleu. L’un d’eux a écopé d’une multitude de procès-verbaux (PV) pour stationnement gênant, si bien que le montant atteint les 1 400 euros.

En 2021, pas moins de 195 000 PV ont été dressés pour des véhicules mal garés. Il faut dire que dans l'arrondissement les places gratuites manquent, certaines automobiles empiètent sur plusieurs places et il faut aussi composer avec les travaux. "On est verbalisés en permanence, même à une heure du matin quand on ne gêne personne", explique un habitant du quartier Catalan à France bleu. Le coût de l’amende ? 135 euros. Ce qui lui fait dire : "On ne sait plus comment faire." Les moins chanceux doivent même récupérer leur voiture à la fourrière, où 19 000 véhicules ont été transportés en 2021.

Jusqu’à 12 000 PV par heure

40 millions d’automobilistes expliquent ses chiffres par la dépénalisation du stationnement, c’est-à-dire le transfert de l'État à la commune de la surveillance du stationnement. "La conséquence directe est que les villes ont eu un intérêt fort à passer à une forte verbalisation pour récupérer de l'argent", analyse Pierre Chasseray, délégué général de l'association. Pour lui, "Marseille a trouvé là un très bon moyen de se remplir les poches sur le dos des automobilistes".

Pour améliorer la situation, l'association réclame la création de places de parking, "dans Marseille et en périphérie de la ville". "Cela permettrait de finir le trajet à pied ou en transports en commun", précise le délégué, qui pointe également du doigt l’utilisation de voitures radars. Celles-ci parviennent à verbaliser à 12 000 véhicules par heure.

publié le 20 février à 14h30, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux