Marseille : Didier Raoult approche de la retraite, son avenir à l'IHU en pointillés

Marseille : Didier Raoult approche de la retraite, son avenir à l'IHU en pointillés
Didier Raoult, en août 2020, à Marseille

publié le jeudi 19 août 2021 à 11h50

Rattrapé par la limite d'âge, l'épidémiologiste ne sera plus professeur au sein d'Aix-Marseille Université et des Hôpitaux universitaires de Marseille à la rentrée. Il pourrait malgré tout conserver son poste à l'institut qu'il dirige.

Plusieurs partenaires de l'IHU Marseille souhaitent quant à eux "tourner la page" 

L'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) cherche à préparer la succession de Didier Raoult, poussé vers la sortie de l'IHU Méditerranée Infection qu'il dirige depuis 2011, révèle Le Monde jeudi 19 août.

"Il y a un besoin de tourner une page", affirme ainsi le nouveau directeur de l'AP-HM François Crémieux, qui a confirmé vouloir trouver une nouvelle tête pour l'IHU, jusqu'alors dirigé par Didier Raoult, et dont les dernières sorties sur la vaccination contre le Covid-19 ont provoqué un nouveau tollé parmi ses pairs marseillais.

Dès septembre, les directeurs de l'AP-HM et d'Aix-Marseille Université, membres fondateurs de l'IHU, vont ainsi proposer un appel d'offres pour construire le nouvel organigramme de la structure, dans lequel ils ne prévoient pas d'intégrer le microbiologiste de 69 ans, qui sera rattrapé par l'âge de retraite au 31 août 2021. Cette limite d'âge lui fera perdre son statut de professeur des universités-praticien hospitalier (PU-PH) au sein d'Aix-Marseille Université et des Hôpitaux universitaires de Marseille.

"La commission médicale de l'AP-HM ne voit pas d'objet à prolonger Didier Raoult, ne serait-ce que pour deux journées et demie par semaine, comme il le demande. Il y a largement les équipes nécessaires, à l'IHU, pour que son départ soit comblé", commente pour sa part le professeur Jean-Luc Jouve, président de la commission médicale d'établissement (CME), dans les colonnes du Monde.

Cette prochaine retraite n'est pourtant pas synonyme de départ obligatoire de l'IHU Marseille, piloté par une fondation privée, et où les critères d'âge ne sont pas les mêmes.

François Crémieux et Eric Berton (président d'Aix-Marseille Université) vont ainsi devoir convaincre le conseil d'administration de l'IHU de changer de directeur. "Il pourrait rester en poste, mais il n'est pas raisonnable que l'IHU soit dirigé par quelqu'un qui n'est plus ni praticien hospitalier ni universitaire", estime ainsi le président de l'AP-HM au sujet de Didier Raoult.

"La position de l'IHU sur le vaccin est scandaleuse et inacceptable"

Cette volonté affichée d'écarter l'épidémiologiste controversé s'inscrit dans un contexte de relations dégradées entre l'IHU et une grande partie du milieu médical et scientifique marseillais. Les dernières sorties du professeur au sujet de la vaccination ont encore aggravé le cas. En cause : une vidéo où il affirme que le variant Delta est "moins grave" que ses prédécesseurs et que l'efficacité de la vaccination contre les variants n'est pas démontrée. 

Cette vidéo a provoqué une réponse cinglante du président de la Commission médicale d'établissement, qui a pris la parole dans une lettre adressée à ses collègues dans laquelle il fustige des "propos stupéfiants de décalage avec les réalités que nous vivons". "Depuis le début de la pandémie, il y a eu des désaccords, notamment sur la communication ou les pratiques médicales de l'IHU, mais, avec la question de la vaccination, un cap a été franchi", juge t-il.

Indignation similaire chez le cardiologue Frédéric Collart, représentant du conseil départemental au conseil d'administration de l'IHU : "La position de l'IHU sur le vaccin est scandaleuse et inacceptable", tonne t-il rappelant que "dans les réanimations marseillaises, il n'y a aujourd'hui quasiment pas de personnes vaccinées".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.