Maroc: pétition contre l'injustice faite aux femmes en matière d'héritage

Maroc: pétition contre l'injustice faite aux femmes en matière d'héritage

L'écrivaine franco-marocaine Leila Slimani, l'une des signataires de la pétition d'intellectuels marocains réclamant l'égalité en matière d'héritage pour les hommes et les femmes, le 11 janvier 2018 à Paris

AFP, publié le mercredi 21 mars 2018 à 15h34

Plus de cent intellectuels marocains -chercheurs, écrivains, sociologues- ont signé mercredi une pétition appelant à mettre fin à la discrimination des femmes en matière d'héritage, une question qui fait débat au Maroc.

Les signataires appellent à l'abrogation de la règle successorale "injuste" du "ta'sib", qui pénalise les femmes. Au Maroc, la femme n'a en effet droit qu'à la moitié de ce qu'hérite l'homme, le reste devant aller à des parents masculins du ou de la défunte.

"Les orphelines qui n'ont pas de frère doivent obligatoirement partager l'héritage avec les parents mâles les plus proches du défunt (...) même inconnus et n'ayant jamais eu de liens avec la famille", dénoncent les signataires de cette pétition. 

Mais aujourd'hui, "la famille marocaine est le plus souvent réduite aux parents et leurs enfants (...), la règle du ta'sib devient donc injuste", ajoute le texte signé notamment par l'écrivaine Leila Slimani, l'islamologue Rachid Benzine ou encore l'actrice marocaine Latifa Ahrrare.

L'intellectuelle marocaine Asma Lamrabet, poussée à la démission cette semaine du Centre des études féminines en islam pour avoir défendu l'égalité homme-femme dans l'héritage, fait partie des signataires. 

Le débat sur la question successorale a été ouvert en 2015 au Maroc, avec des avis partagés entre ceux qui critiquant une législation "inégalitaire", et les milieux conservateurs rejetant tout débat sur la question.

Il agite également un autre pays du Maghreb, la Tunisie, où plus d'un millier de personnes ont manifesté le 10 mars pour réclamer l'égalité des sexes en matière d'héritage, comme le prévoit la Constitution de 2014.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
13 commentaires - Maroc: pétition contre l'injustice faite aux femmes en matière d'héritage
  • même chez eux ?

  • Le ventre en France et le coeur là-bas. Tous pareil!

    petit faf

  • Cette règle est issue du Coran directement. Une sourate impérative indique cette procédure de droit civil sans ambiguïté aucune. Et comme le Coran est considéré par les Musulmans comme le verbe incréé de Dieu, c'est à dire la parole de Dieu lui-même, les plus observants d'entre eux jugent qu'on ne peut rien y changer. Or, ils ont tort. Car quand la révélation est descendue sur Mahommet, cette loi était une énorme avancée pour le droit des femmes; car auparavant elles n'avaient droit à rien du tout ! De ce fait, même les Musulmans les plus croyants peuvent admettre que le Coran doit aussi se contextualiser et que Dieu était prudent: il savait que dicter une règle d'égalité pure chez des Bédouins ultra conservateurs, ça ne passerait jamais ! Ce qui compte, c'est la direction qu'il avait donnée, c'est à dire le souci de rendre justice aux femmes. Raison pour laquelle une lecture très libérale du Coran est ici ultra justifiée et que l'égalité entre hommes et femmes était bien la volonté de Dieu. Mais évidemment, si on veut être obtus, on soutient que non ... d'où le blocage !

  • Et alors ? Et les Corses que croyez vous ?
    Les terrains du Bord de mer c'est pour les Fils , le Maquis lui c'est pour les Filles et encore pas sûr ! Si elles vivent sur le Continent , elles sont simplement oubliées de l'héritage !

  • Elles n'ont qu'a demander conseil à Mamie Rock ou à sa petite fille Laeticia.