Marlène Schiappa critique une "forme de populisme" des émissions d'Elise Lucet, "Cash investigation" lui répond

Marlène Schiappa critique une "forme de populisme" des émissions d'Elise Lucet, "Cash investigation" lui répond
Marlène Schiappa, à l'Assemblée nationale, le 27 mars 2019

Orange avec AFP-Services, publié le vendredi 29 mars 2019 à 20h30

La secrétaire d'Etat se dit "interpellée" par ce que sont "devenues" les émissions "Envoyé spécial" et "Cash investigation", qu'elle accuse de ne montrer qu'un côté du prisme politique.

"C'est un peu une forme de populisme que de dire 'Ils sont tous pourris'". Dans une interview accordée à Télé Loisirs publiée jeudi 28 mars, Marlène Schiappa a évoqué ses réserves quant aux émissions d'investigation présentées par Elise Lucet, sur France 2. "Je n'ai rien ni pour ni contre Elise Lucet. Je la respecte, une grande professionnelle, en tant que journaliste et en tant que femme", explique d'emblée la secrétaire d'Etat à l'égalité hommes/femmes et à la lutte contre les discriminations, avant de développer sa position.

Schiappa aimerait aussi que parfois, "il y ait de belles histoires"

"Je suis interpellée par le format qu'est devenu Envoyé Spécial et par l'émission Cash Investigation", détaille t-elle, déplorant le fait que, selon elle, ces programmes ne montrent que "des exemples de politiciens corrompus, de politiques véreux, qui détournent de l'argent, haineux, magouilleurs..".

"J'aimerais bien qu'on alterne et que parfois il y ait de belles histoires", estime t-elle avant d'ajouter "des responsables politiques qui s'engagent souvent pour pas grand chose au service de l'intérêt général, il y en a des des milliers !".


Après cette interview, la rédaction de l'émission a répondu à la secrétaire d'Etat, mettant en avant la nécessité de traiter de "sujets d'intérêt général".



Dans l'interview accordée à Télé Loisirs, Marlène Schiappa dit avoir "arrêté de regarder" les deux émissions. Les apprécie t-elle ? "Pas particulièrement, mais c'est bien qu'elle existe", conclut la secrétaire d'Etat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.