Manifestation contre des "hôtels taudis" à Paris

Manifestation contre des "hôtels taudis" à Paris
Le président de l'association Droit au logement (DAL) Jean-Baptiste Eyraud lors d'une scéance photo à Paris, le 31 juillet 2017

AFP, publié le jeudi 10 mai 2018 à 17h10

Une cinquantaine de personnes, emmenées par des militants de l'association Droit au logement (DAL), ont manifesté jeudi à Paris contre des propriétaires d'"hôtels taudis" qui tentent d'en évincer leurs locataires, a constaté une journaliste de l'AFP.

Elles se sont rassemblées en début d'après-midi devant l'hôtel Bellevue, dans le 20ème arrondissement, en criant "y en a marre des souris et des cafards", "y en a marre des marchands de sommeil" ou encore "honte au proprio !".

"Derrière la façade de cet hôtel se cache en réalité un taudis", a affirmé Jean-Baptiste Eyraud, le porte-parole de l'association. Et "les locataires subissent depuis janvier des pressions et des menaces du propriétaire, qui veut les virer pour sans doute mener une opération spéculative", a-t-il poursuivi. Or pour expulser des locataires, "il faut une décision de justice, on vient lui rappeler qu'on ne se fait pas justice soi-même".

Quelque 22 locataires, majoritairement des travailleurs maghrébins "chibanis" ("cheveux blancs" en arabe), louaient des chambres dans cet hôtel, parfois depuis une dizaine d'années.

"Six ont accepté de l'argent du propriétaire pour quitter les lieux", a indiqué à l'AFP Rabah Chaleb, un des occupants qui loue depuis 2014 une chambre de 9m2 dans cet hôtel pour 430 euros par mois.

"Depuis plusieurs semaines, la situation est catastrophique", a-t-il expliqué. "Pour nous faire partir, le propriétaire a enlevé des portes des toilettes et des douches sur les paliers, la lumière dans les escaliers, a mis un chien dans une chambre qui hurle toute la nuit..." 

Il aurait aussi coupé l'eau chaude et baissé le chauffage pendant l'hiver, selon le DAL.

Présent aux côtés des manifestants, Ian Brossat, adjoint (PCF) au Logement à la mairie de Paris, a jugé "invraisemblable d'intimider des gens qui habitent ici depuis des années".

Lundi, des services de la ville seront sur place pour rassembler des éléments permettant éventuellement de saisir la préfecture de police et la justice, a-t-il promis.

Les manifestants devaient ensuite se rendre dans un autre hôtel taudis, situé dans le 12ème arrondissement, propriété d'un marchand de biens qui projette là aussi "une opération spéculative, une fois qu'il aura évincé les locataires", selon le DAL.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.