Manifestation anti-pass sanitaire : une pancarte antisémite à Metz provoque de vives réactions, le parquet ouvre une enquête

Manifestation anti-pass sanitaire : une pancarte antisémite à Metz provoque de vives réactions, le parquet ouvre une enquête
Manifestation contre le pass sanitaire à Paris le 7 août.

publié le dimanche 08 août 2021 à 21h59

Une photo diffusée sur les réseaux sociaux montre une jeune femme brandissant la pancarte incriminée sur laquelle sont inscrits les noms de plusieurs responsables politiques, hommes d'affaires et intellectuels, dont certains sont juifs.



Samedi 7 août, durant une manifestation contre le pass sanitaire à Metz, une "pancarte au message manifestement antisémite" a été brandie, selon le parquet. Celui-ci a ouvert une enquête ce dimanche, a annoncé dimanche la préfecture de la Moselle dans un communiqué.

Le préfet Laurent Touvet "condamne avec la plus grande fermeté ce message", d'après la préfecture, qui précise qu'une "enquête est ouverte par le parquet de Metz".

Interrogé par l'AFP, celui-ci a précisé qu'il s'agissait d'une enquête de flagrance confiée au commissariat de Metz.

Une photo diffusée sur les réseaux sociaux montre une jeune femme brandissant la pancarte incriminée sur laquelle sont inscrits les noms de plusieurs responsables politiques, hommes d'affaires et intellectuels, dont certains sont juifs.

"Cette pancarte est abjecte.

L'antisémitisme est un délit, en aucun cas une opinion. De tels propos ne resteront pas impunis", a fustigé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sur son compte Twitter.



"J'ai demandé au préfet de la Moselle de faire un signalement au Parquet sur la base de l'article 40 (du Code de procédure pénale, NDLR). Les services de police sont mobilisés pour identifier leur auteur", a-t-il ajouté.

Vers des poursuites judiciaires

Le maire de Metz, François Grosdidier (LR), s'est dit "outré, scandalisé, mais hélas pas surpris", dénonçant un "mélange tous les refus dans une convergence des extrêmes et dans un magma populiste et antisémite": "j'espère que la personne qui porte la pancarte sera sanctionnée", a-t-il ajouté.

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a annoncé pour sa part dimanche à l'AFP son intention de porter plainte, considérant que l'"on est très clairement en présence d'une pancarte à l'antisémitisme assumé". Il "faut être intraitable", a-t-elle souligné.


SOS Racisme a également déclaré dans un communiqué "étudier" la possibilité de poursuites judiciaires.


"Consternant et révoltant", a dénoncé Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants.


"L'antisémitisme a tué hier et tue encore aujourd'hui. L'antisémitisme n'est pas une opinion. C'est un délit, qui doit être condamné systématiquement", a renchéri, toujours sur Twitter la ministre déléguée à l'Egalité, Elisabeth Moreno.


"Ignoble, glaçant"

Le délégué général d'En Marche ! Stanislas Guérini, a également fustigé "l'antisémitisme à visage découvert. Ignoble. Glaçant", et l'a estimé "passible de poursuites".


L'ambassade d'Israël en France s'est dite "épouvantée d'une telle expression de la haine antisémite la plus abjecte".

Des réactions saluées par la Licra, qui demande également aux organisateurs des manifestations contre le pass sanitaire de "se désolidariser de ce genre de propos".

Sur la pancarte, les noms encadrent le slogan : "Mais qui ?". Celui-ci est apparu à la suite d'une interview en juin sur la chaîne CNEWS d'un général à la retraite, Daniel Delawarde, signataire d'une tribune évoquant "le délitement" de la France publiée par Valeurs Actuelles.

A la question "qui contrôle la 'meute médiatique' ?" et après plusieurs relances, il avait répondu "la communauté que vous connaissez bien", avant d'être coupé par le présentateur, Jean-Marc Morandini.

Pour la Licra, ce slogan est "une autre manière de dire qu'on n'aime pas les juifs".

Le parquet de Paris avait ouvert peu après l'interview du général Delawarde une enquête pour "diffamation publique" et "provocation à la haine et à la violence à raison de l'origine ou de l'appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion".

4e week-end de manifestations

La mobilisation contre le pass et la vaccination obligatoire pour les soignants a de nouveau progressé en France samedi, pour le quatrième week-end consécutif.

Quelque 237.000 personnes, dont 17.000 à Paris, ont défilé dans le calme, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. A Metz, elle avait réuni 3.800 personnes selon la police.

Une bonne part des manifestants contestent l'imposition du pass, une "obligation vaccinale déguisée" selon eux. Ils jugent la contrainte disproportionnée et s'inquiètent notamment qu'un employeur puisse suspendre le contrat de travail d'un employé dépourvu de pass en règle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.