Mali : qui sont les trois soldats français tués ?

Mali : qui sont les trois soldats français tués ?
Dorian Issakhanian, Tanerii Mauri et Quentin Pauchet, ont été tués lundi 28 décembre 2020

, publié le mardi 29 décembre 2020 à 12h10

Les militaires sont morts l'explosion d'une bombe artisanale, dans la zone des "trois frontières" entre Mali, Niger et Burkina Faso.

Trois soldats français ont été tués lundi 28 décembre par un engin explosif dans dans le centre du Mali, où la force antiterroriste française Barkhane concentre ses efforts depuis janvier.


Le brigadier-chef Tanerii Mauri, né à Papeete (Polynésie française), est décédé à l'âge de 28 ans. Il avait débuté sa carrière militaire en 2011 au sein du régiment d'infanterie de marine du Pacifique, avant de rejoindre le premier régiment de chasseurs à Thierville-sur-Meuse en 2013.

Ses excellentes aptitudes et son "comportement remarquable" lui avaient valu des félicitations avant d'être déployé aux Emirats Arabes Unis, en Côte d'Ivoire puis au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane en novembre 2020.



Quentin Pauchet, chasseur de 1ère classe, âgé de 21 ans, avait lui aussi été envoyé au Mali en novembre 2020. Originaire du village du Doullens, dans la Somme, il avait accédé en juillet 2019 à la fonction de pilote de véhicule blindé.

Dorian Issakhanian, troisième victime de l'explosion, était lui âgé de 23 ans. Né à Périgueux, il avait mené toute sa carrière au sein du 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse.

Les trois hommes ont perdu la vie alors qu'ils effectuaient une mission d'escorte entre Hombori et Gossi, dans une zone frontalière du Niger et du Burkina Faso.  Ces trois décès portent à 47 le nombre de soldats français tués au Sahel depuis 2013 dans les opérations Serval puis Barkhane. Le bilan s'établit à 48 si on y ajoute un soldat mort au Tchad en 2013 dans le cadre de l'opération Epervier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.