Mai 68 vu par l'AFP - Nanterre : quand le doyen tente de comprendre...

Chargement en cours
 Les étudiants tiennent une réunion dans une salle mise à leur disposition par le doyen Pierre Grappin, le 1er avril 1968, à la faculté de Nanterre

Les étudiants tiennent une réunion dans une salle mise à leur disposition par le doyen Pierre Grappin, le 1er avril 1968, à la faculté de Nanterre

1/4
© AFP
A lire aussi

AFP, publié le lundi 19 mars 2018 à 11h57

A l'avant-garde depuis des mois de l'agitation universitaire, la faculté de Nanterre, à l'ouest de Paris, est fermée le 2 mai 1968 par le doyen Pierre Grappin qui tente avec peine le lendemain devant la presse d'analyser les causes de la contestation. 

Le département de sociologie où étudie Daniel Cohn-Bendit, bouillant et facétieux étudiant allemand né en France, et où enseigne notamment Alain Touraine, Jean Baudrillard ou Edgar Morin, est désigné comme le foyer d'une agitation où se mêlent revendications politiques, inquiétudes sur l'avenir, et désirs d'émancipation.

Mais contrairement aux attentes du doyen, la fermeture provisoire du campus ne signera pas un rapide retour calme...

Bulletin fermeture Nanterre

PARIS, 2 mai 1968 (AFP) - M. Pierre Grappin, doyen de la faculté de Nanterre, vient de décider la fermeture "sine die" de sa faculté.

Les cours seront repris, discipline par discipline, selon des modalités qui seront fixés ultérieurement.

AFP

Une conférence de presse du doyen Grappin

PARIS, 3 mai 1968 (AFP) - "Le campus était devenu, je n'ose pas dire un chaudron de sorcière, mais un espace clos replié sur lui-même", a déclaré ce matin M. Pierre Grappin, doyen de la faculté de Nanterre, qui recevait les journalistes après la fermeture décidée hier soir de la faculté. M. Grappin a regretté d'avoir été dans l'obligation de prendre une mesure aussi sévère et aussi extrême, "mais, a-t-il dit, il régnait dans la faculté un étrange climat, un état d'esprit insupportable, une véritable psychose de guerre".

Le doyen Grappin a tenté de déterminer les motifs des "étudiants progressistes" dont les actions ont semé le trouble dans la faculté. Il a remarqué, en particulier, que les scientifiques étaient beaucoup plus calmes, les littéraires, au contraire, étaient agités. Il a déclaré "nos facultés où l'on étudie les sciences humaines, qui ne sont pas des sciences exactes, sont devenues des foyers d'agitation, de ratiocinations, de révolutionnarisme". Il a remarqué que les facultés de Lettres étaient "peu embrayées sur le monde actuel", ce qui donne aux étudiants "un souci pour leur avenir".

Parlant de la situation particulière de Nanterre, le doyen a remarqué que "le mariage d'une résidence et d'une faculté à l'intérieur d'un même campus n'est pas heureux. C'est l'expérience qui le prouve".

Interrogé, le doyen Grappin a déclaré qu'il espérait - si la situation s'améliorait - pouvoir rouvrir la faculté à partir de la semaine prochaine. "De toute façon, a-t-il ajouté, une partie des examens se tiendra ailleurs qu'à la faculté de Nanterre et un contrôle sera exercé aux intérieurs et à l'intérieur de la faculté".

AFP

L'assemblée générale du "Mouvement du 22 mars" à Nanterre

PARIS, 17 mai 1968 (AFP) - Tout comme la Sorbonne, la faculté de Nanterre possède maintenant son piano. Des fresques à la peinture bleue et rouge recouvrent aussi les murs du grand amphithéâtre et on vend des ouvrages révolutionnaires dans les couloirs. 

Le "Mouvement du 22 mars", qui tient depuis 11h30 son assemblée générale, vient de définir sa position vis-à-vis des examens, tout en précisant que ce n'était pas pour lui un problème de fond. Il maintient ses préalables sur l'amnistie totale et sur sa demande de renseignements à propos des "disparus" des manifestations, et souhaite que les examens soient renvoyés à trois semaines après la réalisation effective de ces demandes. Le Mouvement propose de plus :

1- Que tous les blessés des manifestations, les étudiants salariés, les boursiers et les sursitaires à échéance soient reçus automatiquement aux examens.

2- Que tous les étudiants qui ont un dossier satisfaisant soient reçus sur simple examen de ce dossier.

3- Que les autres passent devant une commission paritaire qui les jugera sur un sujet librement choisi par eux. L'examen pourra être écrit ou oral et se passer individuellement ou en groupe. /.../

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
6 commentaires - Mai 68 vu par l'AFP - Nanterre : quand le doyen tente de comprendre...
  • Et si on fêtait les quarante ans de Mai 68 en faisant un remake soft. Grève générale et marche silencieuse dans le pays pendant un jour. Mon rêve.

  • vire le mois de mai 2018 ils faut viré SUPER MACRON le fleau de la france

  • On continue de parler de cette pantalonnade de crétins prétentieux responsables d'un abaissement social dont nous subissons les séquelles économiques aujourd'hui encore. Chômage et assistanat sont sortis des théories gauchistes répandues à l'époque du genre: le droit à la paresse, il est interdit d'interdire, je ne veux pas perdre ma vie à la gagner et autres élections piège à cons.

    Analyse très juste .......

    ben voyons, votre réaction est celle d'un vieux réac qui a refusé d'évoluer, s'il y a des conséquences économiques c'est bien de la faute aux arriérés qui ont refusé de voir le monde changer et sont resté au moyen âge !...

    Monsieur l'économiste distingué, je vous signale que "le droit à la paresse" que vous vilipendez comme les autres slogans de mai 68 date de 1880 dont l'auteur est ce gauchiste crétin et prétentieux de Paul Lafargue.

  • 68 le debut de la fin de la france que l'on aimait, la fin de la morale, de la bonne education, tout ce gachis provoquer par la jeunesse communistes et dany la rouge qui n'avait rien a faire en france car allemand, on a le souvenir lorsqu'il a defequer sur notre drapeaux, le malheur des peuple mene a la revolution mais la revolution apporte le malheur des peuple

    a le bon vieux temps de la royauté, n'est-ce pas ?..

    J'avais également fixé cette période comme le début du déclin de la France ..... Je vois que je ne suis pas le seul et effectivement , cette France que nous aimions dans les années 50 /60 ( j'en ai de très bons souvenirs .. ) a peur à peu disparu , à partir de 1970 surtout ( pour certaines raisons ) et depuis 1981 .. le pire ( pour d'autres raisons .. )

  • Je suis de cette génération mais j ai toujours été contre ces manifs d'étudiants pourtant avec le recul cést tre`s bnien en efft ils ont voulu changer le monde ILS L ONT FAIT, Ils sont tous devenus riches sauf les crétins mais ceux lá ils le seront .toute leur vie, ils ont changé le monde, PEACE en LOVE il n y a plus de guerre donc PEACE, ça baise dans tous les coins, comme á l époque dans la sorbonne donc LOVE. Quoi? il y a encore des guerres ?et il y a le SIDA ? donc leur mouvement á la "con"" n a servi á rien ? non vous avez torts car eux aussi sonty retraités et ILOS PAIENT COMME MOI LA CSG, VOUS VOYEZ 1968 YOUPII CE FUT UTILE B OFFFFFFFFFFF

    et vous avez été inutile toute votre vie , dommage pour vous !...