Macron resserre les rangs autour de lui, le gouvernement de nouveau au complet

Chargement en cours
Sibeth Ndiaye, à Paris le 1er avril 2019
Sibeth Ndiaye, à Paris le 1er avril 2019
1/3
© AFP, ludovic MARIN

AFP, publié le lundi 01 avril 2019 à 17h41

Le gouvernement s'est retrouvé au complet lundi pour le Conseil des ministres après l'annonce, dans un timing insolite dimanche soir, du remaniement qui fait la part belle aux fidèles d'Emmanuel Macron, ses conseillers Sibeth Ndiaye et Cédric O, ainsi que la députée Amélie de Montchalin.

Trois heures à peine après son entrée en fonctions comme nouvelle porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, 39 ans, a connu son baptême du feu devant les journalistes avec le compte rendu de ce conseil des ministres.

Grand débat, venue du Premier ministre irlandais mardi, déplacement de Macron en Corse jeudi, Brexit: l'ancienne conseillère presse du président a répondu à une batterie de questions variées. Connue pour son franc-parler, elle a assuré que, désormais, elle allait changer son mode d'expression.

"Les propos que je tiendrai sont des propos qui reflèteront ce qui est l'action du gouvernement et qui auront vocation à rendre plus intelligible, plus clair, cette action au quotidien en direction des Français", a-t-elle expliqué.

Quelques heures plus tôt lors de la passation de pouvoir avec Benjamin Griveaux, elle avait confié le "doute" qui l'avait "submergée" dimanche soir à l'idée de "franchir une marche".

"Cette marche, je la franchis avec la fierté de servir la France, ce pays que je me suis choisi parce qu'avant même d'être Française, j'ai compté parmi les engagés de ce pays", a ajouté la ministre, née au Sénégal. "La France m'a beaucoup donné, aujourd'hui c'est à mon tour de le lui rendre."

- "Reconnaissance" -

Autre promue, Amélie de Montchalin, 33 ans, l'une des porte-voix les plus virulentes de la Macronie à l'Assemblée, est récompensée par le poste de secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, remplaçant Nathalie Loiseau désormais tête de liste LREM aux européennes.

Enfin Cédric O, conseiller de l'ombre du chef de l'Etat pour le numérique et ex-trésorier de sa campagne, devient à 36 ans secrétaire d'Etat au Numérique, le poste auparavant occupé par Mounir Mahjoubi, qui lui aussi brigue la mairie de Paris.

Avec une moyenne d'âge d'un peu plus de 48 ans, le gouvernement en place depuis le remaniement de dimanche soir est le plus jeune depuis 1962, en dehors d'une parenthèse de cinq jours en 1986, selon la base de données de l'AFP sur les gouvernements français de la Ve République.

Le casting de ce remaniement "est le choix de la reconnaissance du travail accompli", a expliqué un conseiller de l'exécutif. 

Mais l'opposition a immédiatement a critiqué des choix "consanguins" de fidèles de la Macronie, y voyant la preuve que le chef de l'Etat était isolé et n'avait d'autre choix que de puiser dans son carré de fidèles. 

"C'est la technocratie et l'arrogance au pouvoir", a fustigé la tête de liste EELV pour les européennes Yannick Jadot.

Emmanuel Macron "fait confiance à ses collaborateurs", a répondu le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin qui ne croit pas à la thèse de "l'isolement" et loue au contraire le "courage" du chef de l'Etat, "calme dans la tempête".

Le choix de Sibeth Ndiaye est celui qui suscite le plus de controverses. "Les donneurs de leçons macroniens, autoproclamés pourfendeurs de #FakeNews, viennent donc de nommer comme porte-parole du gouvernement une menteuse professionnelle : ça doit être ça le en même temps", a attaqué Jordan Bardella (RN).

- "Signal terrible" -

"Je me souviens de sa déclaration qui disait qu'elle assume mentir pour protéger le président de la République (...) elle est plutôt bien adaptée à la fonction qu'on lui demande, je pense qu'elle trouvera toute sa place dans ce gouvernement", a ironisé la tête de liste de la France insoumise Manon Aubry sur Europe 1. 

Autre cible de Mme Aubry, la juppéiste Amélie de Montchalin, "celle dont le plus grand fait d'armes est la suppression de l'ISF", ce qui constitue "un signal terrible envoyé à la mobilisation sociale" des "gilets jaunes".

Il s'agit de la première expérience gouvernementale pour chacun des trois entrants, trois trentenaires dont deux n'ont jamais été élus.

Cette nomination, "je la vis comme une immense aventure, comme un immense défi", s'est réjouie sur BFMTV Mme de Montchalin, qui aura, parmi ses dossiers à gérer, le Brexit.

Cédric O a lui exprimé à l'AFP sa "fierté" d'avoir été nommé, avec l'ambition d'"obtenir des résultats rapides" dans le secteur stratégique des technologies numériques, l'une des priorités affichées du président Macron.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.