Macron remet à la Nouvelle-Calédonie les actes de prise de possession par la France

Macron remet à la Nouvelle-Calédonie les actes de prise de possession par la France
Emmanuel Macron remet samedi 5 mai 2018 au gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie les deux actes de prise de possession de ce territoire datés des 24 et 29 septembre 1853, au Centre culturel Tjibaou à Nouméa
A lire aussi

AFP, publié le samedi 05 mai 2018 à 11h51

Emmanuel Macron a remis samedi au gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie les deux actes de prise de possession de ce territoire, les 24 et 29 septembre 1853 au nom de Napoléon III, dans un geste hautement symbolique à six mois d'un référendum sur l'indépendance.

Il a dévoilé les deux documents, sous vitrine, au Centre culturel Tjibaou, à Nouméa, dernier des grands travaux de François Mitterrand, inauguré il y a 20 ans par Lionel Jospin. Les documents étaient jusqu'alors conservés aux archives de l'outre-mer d'Aix-en-Provence.

"Je les remets à l'ensemble des Calédoniens", a déclaré M. Macron. "Nous ne sommes plus au temps de la possession, nous sommes au temps des choix et de la prise de décisions collectives".

Avec ce geste, "vous allez marquer l'Histoire de la Nouvelle-Calédonie", a estimé Philippe Germain, président du gouvernement local.

Auparavant, le chef de l'Etat avait de nouveau effectué un geste coutumier, en présence notamment des autorités traditionnelles kanak de la région de Nouméa, et d'Emmanuel et Marie-Claude Tjibaou, fils et veuve du leader kanak assassiné il y a 29 ans.

"Durant ces un peu plus de deux journées que j'ai passées parmi vous, j'ai vu une jeunesse ardente qui avait envie d'avancer et de construire et j'ai vu des mémoires diverses", a-t-il dit.

"Je tenais à rendre compte de toutes ces mémoires. Bien évidemment la mémoire kanak du peuple premier (...) qui a eu à subir des violences et des humiliations qu'il faut regarder en face. Ce temps-là a existé et cette mémoire est là", a-t-il reconnu. 

"Le chemin fait pendant ces vingt dernières années a notamment commencé ici même, il a permis d'avancer parce qu'il a pleinement reconnu la culture kanak, il a pleinement reconnu cette part insécable de l'histoire, de l'actualité et de l'avenir de l'archipel", a-t-il ajouté, avant d'évoquer les "autres mémoires", celle "de tous ceux et toutes celles qui ont contribué à construire la Nouvelle-Calédonie. Ces mémoires viennent s'entrelacer".

"Ce que je vous propose, c'est cette alliance des mémoires qui seule permet de regarder sereinement l'avenir", a conclu M. Macron, après un déplacement à Ouvéa où il avait joué le jeu de l'apaisement, et avant un grand discours où il a appelé les électeurs calédoniens à "ne pas faire reculer l'Histoire" lors du référendum du 4 novembre.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.