Macron et Philippe ont-il conclu un pacte avant la primaire de la droite ?

Macron et Philippe ont-il conclu un pacte avant la primaire de la droite ?
Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, et Édouard Philippe, alors maire du Havre, le 11 février 2016.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 09 juillet 2017 à 09h52

POLITIQUE - Le président Les Républicains (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, est convaincu que le Premier ministre et le président ont conclu un accord avant même la défaite d'Alain Juppé à la primaire de la droite, selon le Journal du dimanche (JDD).

Le 15 mai dernier, une semaine après son élection, le président Emmanuel Macron nommait Édouard Philippe, député-maire Les Républicains du Havre (Seine-Maritime), Premier ministre.

"Je crois qu'ils se connaissent et qu'ils s'apprécient, à la fois pour leur honnêteté intellectuelle et leur rigueur", expliquait alors Benjamin Griveaux, porte-parole d'En Marche!, assurant que cet élu de la droite modéré était "l'un de ceux qui correspondent très clairement au profil défini... expérience parlementaire, des compétences et des qualités reconnues, à l'évidence".

La nomination de cet inconnu du grand public avait néanmoins suscité à l'époque une pluie de réactions dans la classe politique française. Aujourd'hui encore, elle fait jaser. Selon le JDD, Laurent Wauquiez serait convaincu que l'actuel président et le chef du gouvernement ont conclu un pacte avant même la primaire de la droite et la défaite d'Alain Juppé, dont Édouard Philippe est proche. "Je n'ai pas de preuves, mais c'est mon intuition", aurait déclaré le président Les Républicains de la région Auvergne-Rhône-Alpes, rapporte l'hebdomadaire le 9 juillet. "Philippe a dit à Macron : si Alain Juppé est élu, tu seras son Premier ministre et moi je serai à l'Intérieur. Si c'est toi qui emportes l'Élysée, tu me nommes à Matignon..."

Le maire de Bordeaux était-il au courant de cette hypothétique manœuvre ? Selon des proches, Alain Juppé aurait en tous cas tenté de dissuader son ami d'accepter l'offre d'Emmanuel Macron.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.