Macron "entend les colères", réfute la "coagulation" des "mécontentements" sociaux 

Macron "entend les colères", réfute la "coagulation" des "mécontentements" sociaux 
Le président français Emmanuel Macron (C) avant un entretien à la télévision avec les journalistes de RMC-BFM Jean-Jacques Bourdin (D) et Mediapart, Edwy Plenel (G), dans le palais de Chaillot à Paris le 15 avril 2018

AFP, publié le dimanche 15 avril 2018 à 21h35

Emmanuel Macron a estimé dimanche que les différents mouvements sociaux en cours ne correspondaient "pas à une coagulation" des "mécontentements", qu'il a assuré par ailleurs "entendre" et "respecter".

"Je conteste l'orientation de votre question qui viserait à voir une logique ou à vouloir créer une coagulation dans ces mécontentements. Il n'y en a pas tant que cela. Le mécontentement des cheminots a peu à voir avec le mal-être profondément légitime à l'hôpital qui dure depuis des années...", a répondu le chef de l'Etat sur BFMTV/RMC/Mediapart.

"J'entends toutes les colères", a-t-il ajouté, citant celle des cheminots, en grève en pointillés depuis début avril. "C'est une colère que je comprends, que je respecte mais qui est liée à une décision que nous prenons, que j'assume, une réforme que nous mènerons jusqu'au bout", a-t-il développé. 

Il a rappelé que s'il avait "dès le jour de (son) investiture" évoqué le besoin de "réconcilier le pays", ça ne se ferait "pas du jour au lendemain".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.