Macron aux Antilles : "une anticipation supérieure n'aurait pas été possible"

Macron aux Antilles : "une anticipation supérieure n'aurait pas été possible" ©Euronews
A lire aussi

Source : Euronews, publié le mardi 12 septembre 2017 à 18h04

Près d'une semaine après la catastrophe, Emmanuel Macron est au chevet des Antilles. Le président français a atterri mardi matin en Guadeloupe, une île relativement épargnée par l'ouragan Irma.

Il a tenu un point-presse sur le tarmac de l'aéroport de Pointe-à-Pitre. Il s'est ensuite immédiatement envolé vers Saint-Martin puis à Saint-Barthélemy, les deux territoires français dévastés par la tempête. "C'est une catastrophe naturelle dont nous retrouvons les précédents en 1931 dans la région, c'est à dire quelque chose d'inédit", a tout d'abord estimé le chef de l'Etat.
Le président français a assuré que la France avait mis en place "l'un des plus grands pont-aériens depuis la Seconde guerre mondiale", précisant que le pont, dont le coût est estimé à 50 millions d'euros, serait financé par un fond particulier. "Les dégâts, principalement privés, ont été chiffrés à plus d'un milliard d'euros par les assureurs", a affirmé le président qui a confirmé le bilan des victimes : onze morts dans les Antilles françaises et plusieurs blessés et disparus. Le chef de l'Etat a défini ses priorités : le retour à l'ordre public, l'approvisionnement en eau et le déblaiement.



Face à la colère
Emmanuel Macron ne s'attend pas à un accueil très chaleureux de la part d'habitants à bout de forces, sur fond de polémique quant aux moyens mis en place par l'Etat français suite à la catastrophe. "Il faut rester digne", a déclaré le président en réponse à une question relative à l'aide déployée par l'Etat. "Ensuite, viendra le temps de l'évaluation. Devant le parlement, le gouvernment devra répondre aux questions sur les actions qui ont été menées".
Selon lui, le gouvernement a parfaitement géré la crise depuis l'annonce du passage de l'ouragan. "Une anticipation supérieure n'aurait pas été possible", a-t-il assuré. Aux côtés du ministre de l'Éducation, il a assuré que les premiers cours pourraient reprendre "dès la semaine prochaine", grâce à des tentes gonflables. Admettant que certains bâtiments avaient été construits selon des normes "que l'on aurait pas admises ailleurs" Emmanuel Macron a dit vouloir "que la reconstruction soit exemplaire et durable". Alors que l'ouragan José - qui menaçait lui aussi les deux îles - est passé plus loin que prévu, les ponts aériens et maritimes ont repris ce mardi pour évacuer les personnes plus vulnérables et acheminer des vivres et du matériel.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
119 commentaires - Macron aux Antilles : "une anticipation supérieure n'aurait pas été possible"
  • ...777...

    ...ce vénérable roi-fainéant est devenu,en l'espace de quelques semaines,un véritable programme de télé-réalité à lui tout-seul.

  • Je ne pourrais que conseiller a ce monsieur de modéré un peu ses ambitions car cela pourrait finir par mal se terminer on ne peut continuellement être la vache a lait de ses ambitions......

  • pourquoi chercher une reponse ...............on la connait d'avance,c'est toujours la meme.....................................

  • N’ayant pas droit de vote dans votre pays, je n’ai pas d’avis à formuler ni pour ni contre votre président, mais je dois vous rappeler que St Martin et St Barth sont classées paradis fiscaux dont Marigot St Martin classée plaque tournante du blanchiment par le biais des commerces locaux, dont toute l’activité est entièrement défiscalisée (pas de taxe d’habitation, pas de taxe foncière, pas d’impôt sur le revenu, pas de TVA collectée alors qu’elle est appliquée par les commerçants qui achètent tous leurs produits aux USA grace à une détaxe importante, aucune taxe portuaire et d’amarrage – certains propriétaires affichaient jusqu’à 15 bâteaux en nom propre ou par le biais de SCI opaques). Puisque ces îles sont détruites à 95 pour cent, c’est l’occasion de réformer le droit foncier et le statut complet des iles (statut base navale et militaire avec uniquement des commerces vitaux et plus aucune activité non alimentaire (tous ces commerces de prêts à porter et activités résidentielles secondaires interdites). En plus pour couronner le tout, la plupart avaient pris pour habitude de ne rien payer d’obligatoire et donc aucun n’étaient assuré pour leur maison, voiture ou bateau, les mêmes qui hurlent qu’on ne les rapatrie pas assez rapidement, et bien je n’ai aucun sentiment pour ceux là, rapatriement à leur charge et puis c’est tout. Il va de soi, qu'avec discernement mais je doute qu'il y en ait, il faut aider les plus fragiles et les plus démunis mais aucune pitié pour les résidents exilés fiscaux, ceux là ont suffisamment d'argent pour s'en sortir seul.

    Bravo et mille fois bravo. Enfin, une remarque pleine de sens qui augmente le niveau des commentaires et en plus, de la part d'un étranger, qui a une vision toute à fait claire et précise de notre pays. Encore merci de votre remarque que nous sommes nombreux à partager mais malheureusement, on nous a mis au silence de ne plus rien dire, car jugé pas correcte dans notre nouvelle société que l'on cherche à nous imposer, mais heureusement, on a encore la liberté de penser.

  • visiblement ,il n'est pas à la hauteur de la tache
    c'est un beau parleur style perroquet

    Prenez donc sa place,vous ferez peut-être mieux face à un ouragan.