Lyon : les noms de juifs victimes d'une rafle ont été barrés d'une plaque commémorative

Lyon : les noms de juifs victimes d'une rafle ont été barrés d'une plaque commémorative
(photo d'illustration)

Orange avec AFP-Services, publié le lundi 21 octobre 2019 à 23h06

La plaque vandalisée rend hommage aux juifs emmenés lors de la rafle du 9 février 1943. Sur les 84 personnes arrêtées, seules 4 avaient survécu. 

Les noms des victimes du régime nazi pendant la Seconde guerre mondiale ont été barrés à l'encre noire.

Une plaque commémorative des juifs déportés a été retrouvée vandalisée de la sorte ce lundi, à Lyon (Rhône). Comme pour effacer leur mémoire, les noms des juifs déportés lors de la rafle du 9 février 1943 rue Sainte-Catherine ont été rayés au marqueur.

Pendant cette opération de la Gestapo, 84 personnes avaient été emmenées de force vers les camps de Drancy avant d'être envoyés vers les camps de la mort

"Une insulte et un coup porté à chaque lyonnais"

Cet acte antisémite a vivement fait réagir le maire de Lyon, Gérard Collomb, sur son compte Twitter :

"Mon Lyon c'est celui de la capitale de la résistance. Voir ainsi souillée la plaque commémorative de la rue Sainte-Catherine et la mémoire des victimes du nazisme est une insulte et un coup porté à chaque lyonnais. Nous effacerons au plus vite les traces de cette infamie."





Le président de la métropole de Lyon David Kimelfeld a lui aussi condamné cet acte. Celui qui est également maire du IVe arrondissement de Lyon a estimé que la dégradation de cette plaque revenait à "piétiner la mémoire de ceux que la Gestapo a raflé", avant de rendre un hommage appuyé à ces derniers. 



=0.916emLa Ligue contre la racisme et l'antisémitisme (LICRA) a également dénoncé cet acte en qualifiant les auteurs de ces actes d'"antisémites" et de "négationnistes". L'association a également indiqué qu'elle allait saisir la justice. 






 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.