France

Lutte contre l'antisémitisme : une députée Renaissance veut dissoudre LFI, tollé à gauche !

© Niviere David/ABACAPRESS.COM - La députée macroniste de la 3e circonscription de Paris a proposer de dissoudre la parti LFI pour lutter selon elle contre l'antisémitisme.

C'est une sortie qui ne passe pas du côté des Insoumis. Ce mardi 8 août, la députée Renaissance de la 3e circonscription de Paris, Caroline Yadan, a proposé sur ses réseaux sociaux la dissolution du parti de gauche pour lutter contre l'antisémitisme. Une suggestion qui fait suite à la décision de Gérald Darmanin de dissoudre le parti d'extrême droite Civitas pour les mêmes raisons.

C'est une proposition qui ne passe pas dans le camp de la France Insoumise. Plusieurs élus du parti d'extrême gauche ainsi qu'Olivier Faure, le patron du PS, se sont indignés après une proposition de la députée Renaissance de Paris, Caroline Yadan. Mardi 8 août, la députée macroniste a en effet suggéré de dissoudre La France Insoumise, copiant la procédure de dissolution engagée pour antisémitisme contre le parti d'extrême droite Civitas. "Et la dissolution de LFI pour lutter contre l'antisémitisme, c'est une idée aussi, non ?", s'est exprimée l'élue sur le réseau social X (anciennement Twitter).

"Où sont les défenseurs de la République ?"

Très vite, cette sortie a fait réagir, provoquant l'indignation sur les bancs des Insoumis. L'eurodéputée LFI Manon Aubry s'est indignée sur le même réseau social de cette "conception de la démocratie", s'interrogeant dans le même temps "où sont les défenseurs de la République". La réaction d'Aymeric Caron, député LFI ne s'est pas non plus fait attendre, dénonçant une instrumentalisation "sans cesse la lutte contre l’antisémitisme pour salir ses adversaires politiques".

Le président du PS, s'est lui aussi ému de la sortie de l'élue macroniste. Prenant la défense du parti de la NUPES, Olivier Faure a interpellé la présidente de l'Assemblée nationale ainsi que le président Renaissance du Palais-Bourbon, Sylvain Maillard, les mettant en garde contre leur "silence". Un silence qui en dirait long, et qui cautionnerait selon lui les propos polémiques de la députée.

Candidat malheureux à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon s'était satisfait de la décision du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, de procéder à la dissolution du parti Civitas, saluant une "réponse claire".

publié le 8 août à 17h40, Kévin Comby, 6Médias

Liens commerciaux