Lubrizol : la population n'a pas été surexposée à des substances toxiques, selon Santé publique France

Lubrizol : la population n'a pas été surexposée à des substances toxiques, selon Santé publique France
(illustration)

publié le lundi 05 juillet 2021 à 16h34

Quelque 60% des habitants de la zone ont rapporté au moins un symptôme ou un problème de santé qu'ils ont attribué à l'incendie, souvent des irritations des voies aériennes ou des yeux, des troubles du sommeil ou encore des symptômes psychologiques.

Si la population de Rouen et de ses environs ont subi des effets à court termes de l'incendie de l'usine Lubrizol en septembre 2019, "aucun élément" ne montre qu'elle a été surexposée à des substances toxiques, a estimé lundi 5 juillet Santé publique France (SPF), cité par Franceinfo.

L'organisme a publié les premiers résultats du dispositif "Santé Post Incendie 76", qui consiste en quatre études sur la santé de la population locale. "Les résultats principaux (...) soulignent que des effets à court terme, principalement de type irritatif et psychologique, ont été observés chez la population riveraine et les travailleurs à la suite de l'incendie", estime en premier lieu le rapport.


Mais, "en l'état actuel des connaissances, aucun élément ne permet de conclure à l'observation d'une contamination apportée par l'incendie différentiable d'une pollution industrielle historique. Aucun élément objectif n'apparaît donc en faveur d'une surexposition des populations riveraines aux substances identifiées."

Toutefois, souligne Franceinfo, de nombreux habitants de l'agglomération rouennaise se plaignent de différents symptômes après la catastrophe industrielle.

Selon le rapport de SPF, plus de 90% de la population de Rouen et de ses environs déclare avoir perçu au moins une exposition à l'incendie, comme les bruits, les flammes ou les panaches de fumées noires. 



Par ailleurs, 86% de la population a ressenti des odeurs longtemps après l'accident, qui ont été vécues comme gênantes. Enfin, 60% des habitants de la zone exposée ont rapporté au moins un symptôme ou un problème de santé qu'ils ont attribué à l'incendie. Il s'agit de symptômes psychologiques, oto-rhino-laryngologiques, oculaires, de troubles du sommeil..., précise Franceinfo.

L'incendie, survenu le 26 septembre 2019 sur un site classé Seveso seuil haut en zone urbaine et dont l'origine reste inconnue, avait provoqué un immense nuage de fumée noire de 22 km de long. Près de 9.505 tonnes de produits chimiques avaient brûlé dans ce site de lubrifiants automobiles et sur le site voisin de l'entreprise Normandie Logistique. L'incendie n'avait fait aucune victime.

Lubrizol France est mis en examen à Paris depuis le 24 février 2020 pour "exploitation non conforme d'une installation classée" ayant provoqué des dégâts environnementaux, et "déversement de substances nuisibles dans les eaux", étape préalable à un éventuel procès.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.