Loups : des élus menacent de prendre les armes

Loups : des élus menacent de prendre les armes
Un loup photographié en mai 2016 dans un parc animalier de l'est de la France (photo d'illustration).

, publié le jeudi 02 novembre 2017 à 18h40

Dix-sept maires ou adjoints de communes du sud-est de la France se sont pris en photo, fusil à la main, pour alerter les pouvoirs publics sur la présence et les attaques du loup dans leur région.

"N'obligez pas les maires à faire ça !", lit-on sur le montage photo publié le lundi 30 octobre. Ces élus de l'Isère, de la Savoie, des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence et de la Drôme veulent tirer la sonnette d'alarme : "Si on n'assouplit pas les mesures de prélèvement du loup, on risque des dérapages.

Les éleveurs, les bergers, tout le monde est à bout", explique le maire de Saint-Colomban-des-Villards (Savoie), président de l'Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales (USAPR), Pierre-Yves Bonnivard, à l'origine du communiqué.



"L'ÉTAT EST RESPONSABLE DU MASSACRE DE NOS BÊTES"

Par "dérapages", l'association sous entend que certains pourraient prendre leur fusil pour braconner le loup, chose illégale en France car le canidé est une espèce protégée. "Si le plan national loup 2018-2023 n'est pas adapté, on risque d'avoir des actions qui sortent du cadre réglementaire", prévient Pierre-Yves Bonnivard. "Nous demandons l'assouplissement réglementaire afin que le loup puisse être tiré à partir du moment où il pose problème et sans conditions". Actuellement, il faut d'abord commencer par un tir d'effarouchement, puis un tir de défense et enfin un tir de prélèvement.

"On n'est pas des délinquants ! On veut juste se faire entendre des pouvoirs publics pour qu'ils nous intègrent dans les discussions en cours sur le futur plan loup", précise le maire de Chichilianne (Isère) à France Bleu. "On en a marre, on dit stop. L'État est responsable du massacre de nos bêtes : vaches, moutons, et même chevaux ! Or, on compte maintenant des centaines de loups en France, il est loin d'être en voie de disparition !"

En 2016, plus de 10.000 bêtes ont été tuées en France dans des attaques attribuées aux loups. Ces attaques relancent régulièrement le vif débat opposant les défenseurs de l'environnement favorable à sa protection, et les acteurs du pastoralisme traditionnel. La population de "canis lupus" - espèce protégée en Europe -, est estimée à environ 360 individus en France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.