Lot : l'incroyable liste d'infractions commises par un conducteur de 25 ans

Lot : l'incroyable liste d'infractions commises par un conducteur de 25 ans
©Panoramic

, publié le lundi 30 novembre 2020 à 17h13

Un jeune chauffeur de 25 ans a été arrêté et placé en garde à vue après avoir commis pas moins de cinq infractions, rapporte La Dépêche du Midi.

Les témoins qui ont alerté la gendarmerie ont eu le nez fin. Dans la nuit du vendredi 27 au samedi 28 novembre, des gendarmes du Lot sont informés qu'un véhicule sans pneumatiques roule sur les jantes.

Comme le relate La Dépêche du Midi, une patrouille est aussitôt envoyée sur les lieux pour intercepter le véhicule.



Ils ne feront pas le voyage pour rien. Un Montalbanais de 25 ans est interpellé et contrôlé par les militaires. Le jeune homme de 25 ans présente un taux de 1,6 g d'alcool dans le sang et a consommé des stupéfiants. Mais la liste d'infractions dressée par les gendarmes ne s'arrête pas là. Dans l'ordre : récidive de conduite d'un véhicule en ayant fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants et sous l'emprise d'un état alcoolique, récidive de conduite d'un véhicule sans permis, récidive de circulation avec un véhicule terrestre à moteur sans assurance, récidive de circulation d'un véhicule terrestre à moteur sans contrôle technique valide et maintien en circulation d'un véhicule cédé et déjà immatriculé sans certificat d'immatriculation établi au nom du nouveau propriétaire.

24 heures en garde à vue

Dernière entorse à la loi du jeune conducteur, sorti de chez lui en plein confinement sans motif valable : "déplacement interdit hors du lieu de résidence dans une circonscription territoriale ou l'état d'urgence sanitaire est déclaré et devant faire face à l'épidémie de Covid-19", rapporte la Dépêche du Midi. D'après nos confrères, le jeune homme a été placé 24 heures en garde à vue dans les locaux de la brigade de Castelnau-Montratier, située à une trentaine de kilomètres au nord de Montauban. Il recevra prochainement une convocation du tribunal judiciaire de Cahors. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.