Lorànt Deutsch boycotté dans des collèges de Trappes

Lorànt Deutsch boycotté dans des collèges de Trappes
Le comédien Lorànt Deutsh, le 26 août 2016 à Chanceaux-près-Loches (Indre-et-Loire).

, publié le mercredi 19 octobre 2016 à 18h55

Deux enseignants d'histoire-géographie de Trappes (Yvelines) ont décidé ne pas assister à l'intervention de Lorànt Deutsch prévue devant les élèves de 4e et de 3e de la ville le 4 novembre prochain. Face à ce boycott, le comédien, vulgarisateur de l'histoire de France, a préféré renoncer.

"Lorànt Deutsch devant nos élèves ? Ce sera sans nous", ont écrit les deux professeurs dans une tribune publiée sur le blog du collectif d'enseignants "Aggiornamento Histoire-Géo".

"Sa venue à Trappes n'est que la conséquence de l'idée selon laquelle les élèves des quartiers populaires du département, d'ascendance immigrée récente, ne seraient pas assez attachés à la République", écrivent-ils. "L'urgence serait de leur faire aimer la France et la République, et le seul moyen pour y parvenir serait de les divertir et de les émouvoir dans une Histoire présentée sous la forme d'un roman national".

"ON M'A PROPOSÉ UN POING FERMÉ"

"Nous refusons d'être associés à une démarche qui va à l'encontre du métier que nous exerçons : l'Histoire n'a pas pour but de faire aimer la France, c'est une science qui permet de comprendre le passé par une étude critique et dépassionnée", ajoutent les deux professeurs dans leur tribune. "Notre fonction est d'amener nos élèves vers la connaissance, pas de diffuser auprès d'eux des images d'Épinal qu'habituellement on épargne aux autres élèves de France".

"À une main tendue, on m'a proposé un poing fermé", a réagi Lorànt Deutsch lundi auprès du site 78actu. "J'avais organisé un petit spectacle pour lequel j'avais prévu de rentrer avec un maillot de l'équipe de France et de leur expliquer l'origine du coq, le choix des couleurs de cette tunique... des choses assez simples mais surtout accessibles, proches d'eux". Et le passionné de football d'ajouter : "Mon ambition était avant tout de leur donner la passion de l'histoire mais surtout d'essayer de les ancrer dans leur géographie. Leur expliquer ce que c'est que Trappes, la Nationale 10, pourquoi plus loin il y a un village qui s'appelle Maurepas. C'est malheureux pour les élèves".



L'acteur a suscité de nombreuses critiques de la part des historiens lors de la parution de deux ouvrages du vulgarisation historique, "Métronome, l'histoire de France au rythme du métro parisien" (2009) et "Métronome 2, Paris intime au fil de ses rues" (2016). Selon eux, le comédien véhicule une image biaisée de l'histoire, influencée par ses opinions monarchistes. Un doctorant et agrégé d'histoire, Clément Salviani, avait même relevé sur son blog l'ensemble des approximations historiques contenues dans son premier ouvrage.

"UNE SITUATION IRRÉELLE"

"Certaines critiques étaient constructives. C'est pourquoi dans 'Métronome 2', j'ai ajouté toute une bibliographie pour rendre grâce aux auteurs qui m'ont nourri", expliquait-t-il en septembre au Figaro. "D'autres étaient franchement malveillantes et venaient de militants. Je sais que, pour certains, la vulgarisation est un gros mot. C'est vrai, cela veut dire déformer, trahir, simplifier, être approximatif. Mais, moi, j'essaie d'intéresser les gens : c'est un départ pour aller plus loin, pour attirer les lecteurs dans les filet de la discipline".


Du côté des organisateurs de l'événement, la stupéfaction domine : "C'est une situation irréelle", souligne le président du salon Histoire de lire, Étienne de Montety. "Lorànt Deutsch est un passeur, un homme qui transmet. Je croyais que l'on vivait dans un pays où règne la liberté d'expression".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.