Loire : le policier blessé à la tête est sorti du coma, son état de santé s'améliore

Loire : le policier blessé à la tête est sorti du coma, son état de santé s'améliore©Panoramic (image d'illustration)

publié le samedi 15 mai 2021 à 11h20

BFM TV et Le Parisien révèlent que le policier blessé à la tête lors d'une intervention pour tapage nocturne à Rive-de-Gier (Loire), dans la nuit de jeudi 13 à vendredi 14 mai, est sorti du coma. Même s'il reste préoccupant, son état de santé serait en train de s'améliorer. 

Les dernières nouvelles sont plutôt rassurantes.

Selon les informations révélées par BFM TV et Le Parisien samedi 15 mai au matin, le policier touché à la tête lors d'une intervention, dans la nuit de jeudi à vendredi à Rive-de-Gier (Loire), est sorti du coma. L'homme de 50 ans, qui avait été opéré vendredi, serait toujours dans un état préoccupant, même si celui-ci est en phase d'amélioration. Vendredi soir, "notre collègue s'est réveillé et a prononcé quelques mots", a assuré une source policière au Parisien. La famille de l'agent a en outre déclaré à France Télévisions que son pronostic vital n'était plus engagé.



Les agresseurs présumés en fuite, une enquête ouverte 

Il était 0h20, dans la nuit de jeudi 13 à vendredi 14 mai, quand un équipage de police, alerté pour tapage nocturne, s'est rendu dans une rue de Rive-de-Gier, commune située non loin de Saint-Étienne. Des individus y jetaient des objets de toutes sortes. L'intervention a alors dégénéré et l'un des policiers, visé par des jets de bouteilles en verre, aurait reçu un projectile à la tête. Il était tombé dans le coma un peu plus tard. 

Malgré l'arrivée rapide de renforts sur place, à savoir des membres de la BAC (Brigade anticriminalité) et une brigade cynophile, les agresseurs présumés ont pu s'enfuir et aucun d'eux n'a encore été interpellé. Comme annoncé par le procureur adjoint de la République de Saint-Étienne, vendredi en début d'après-midi, une enquête a été ouverte pour "blessures volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.