Acte XII des "gilets jaunes" : Christophe Castaner annonce un dispositif "puissant et adapté"

Acte XII des "gilets jaunes" : Christophe Castaner annonce un dispositif "puissant et adapté"
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Orange avec AFP-Services, publié le mardi 05 février 2019 à 16h47

"À nouveau, une centaine de forces mobiles seront sur le terrain partout en France", a précisé ce vendredi 1er février Christophe Castaner.

Alors que les "gilets jaunes" doivent défiler samedi 2 février à Paris et dans toute la France, pour leur "douzième acte", le dispositif policier ne faiblira pas, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

"À nouveau une centaine de forces mobiles seront sur le terrain partout en France", a précisé ce vendredi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, lors d'une conférence de presse. Il a décrit le dispositif comme " puissant et adapté", privilégiant les adjectifs aux chiffres.

"Il y a une forme de radicalisation"

Déjà ce vendredi matin, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nunez avait indiqué sur RTL que le dispositif ne serait "pas allégé".  "Bien sûr, nous allons nous préparer pour samedi (...) Le mouvement en terme de participation est en décroissance, mais il y a une forme de radicalisation".  

Il avait également évoqué la mobilisation d'une centaine d'unités mobiles dans le pays, soit 80.000 agents.

Une "loi anti-brutes"

Ce vendredi, Christophe Castaner est également revenu sur la proposition de loi "anti-casseurs", qu'il a qualifié de "loi anti-brutes".  "C'est une partie de notre réponse. C'est une loi de protection, pas de circonstances", a-t-il insisté. 

De même, il a également soulevé le sujet de l'emploi des armes intermédiaires par les forces de l'ordre. 

Dans la journée, le juge des référés du Conseil d'État avait rejeté les demandes d'interdiction des décriés lanceurs de balles de défens (LBD) lors des manifestations à venir. "Je prends acte de la décision du Conseil d'État", a commenté le ministre. Selon lui, en attendant la promulgation de la loi "anti-casseurs", les policiers ont "besoin" de tels outils. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.