France

Logement : le monde rural en perte cruelle d’habitants

La 33e Convention nationale de l'Intercommunalité a eu lieu du 11 au 13 octobre à Orléans. Entre le manque d’habitants et d’investissements, la situation du logement fait naître de nombreuses inquiétudes chez les élus locaux.

C’est le plus grand congrès après celui des maires, "capable de réunir autant de participants ailleurs qu’à Paris", s’est félicité, dans Le Parisien, le président de l’association Intercommunalités de France et du Grand Chalon (Saône-et-Loire).

Du 11 octobre au 13 octobre, la 33e convention des Intercommunalités de France a réuni les élus locaux au Centre Orléans Métropole. Parmi leurs préoccupations, la crise du logement, qui frappe durement les zones rurales. Partout en France, les maires déplorent les habitations vacantes et le manque de logements sociaux. "On est dans un territoire très, très rural qui n'intéresse pas les promoteurs. Les organismes HLM étaient présents dans les années 80, mais ne le sont plus. Or, si on ne veut pas perdre trop de population, il va falloir proposer du logement, car le nombre de personnes par foyer diminue", résumait Miguel Leroy, maire d'Auvillers-les-Forges, un village de 900 habitants des Ardennes, ainsi que le rapporte France 3 Régions. Ce dernier déplore pas moins de "8 % de logements vacants", avec des taux allant parfois "jusqu'à 25 %, et des rues entières vides d'habitants".

Manque d’investissements

D’autres élus s'inquiètent du désintérêt des promoteurs. Sandra Le Nouvel, présidente (DVG) de la communauté de communes du Kreiz Breizh, en Bretagne dit, durant ses trois mandats d’édile, n'avoir "jamais eu de rendez-vous avec un promoteur". En réponse, le maire de Niort, président de la communauté d’agglomération du Niortais, propose de "décentraliser les politiques de l’habitat" en transférant la compétence aux intercommunalités, ainsi qu’il l’a déclaré sur acteurspublics.fr.

publié le 15 octobre à 22h52, Julie Deleant, 6Medias

Liens commerciaux