Drame de Millas : où en est l'enquête ?

Drame de Millas : où en est l'enquête ?©PASCAL RODRIGUEZ/SIPA
A lire aussi

franceinfo, publié le samedi 13 janvier 2018 à 23h11

Route barrée, toujours aucune voiture ni aucun train ne circulent sur ce passage à niveau. Un mois après le drame, Le Parisien révèle les premiers éléments de l'enquête préliminaire. Un rapport réalisé par les gendarmes juste après la catastrophe fait état des premières constatations. D'abord, les feux lumineux et le système de fermeture fonctionnaient correctement. Ensuite, la barrière a pu être brisée par le véhicule, ce que confirment plusieurs témoignages, notamment l'automobiliste qui se trouvait de l'autre côté de la voie : "Je suis formel (...) La barrière était baissée en position basse des deux côtés. La conductrice du car roulait à très faible allure et a poussé tout doucement la barrière."

Mise en examen

Mais les versions divergent. La conductrice du…

Lire la suite sur Franceinfo

 
3 commentaires - Drame de Millas : où en est l'enquête ?
  • Le témoignage de l’automobiliste arrêté a la barrière sur la voie opposée est tout de même essentiel. Quel serait son intérêt de dire autre chose que ce qu’il a vu. Même chose pour le conducteur du train qui est tout autant victime dans la mesure où il ne pouvait absolument rien faire pour éviter l’accident.
    En fait on veut a tout prix incriminer la SNCF car c’est la qu’il y a l’argent pour indemniser au mieux les victimes

  • Un mois tout juste après le drame, toujours l’état de la barrière en doute. Et si, nouvelle hypothèse jamais envisagée apparemment, étant donné l’exiguïté des lieux pour un car, celui-ci ne se serait pas avancé lentement vers la barrière effectivement fermée, et la touchant à peine, la frôlant, aurait provoqué sa levée, le car alors trouvant la voie libre et s’engageant sur les rails alors que le train, en retard jour-là arrivait…Certains l’ont vu baissée cette barrière et d’autres levée, les uns et les autres ont bien vu, mais à des instants diffèrent d’un court court laps de temps…

    Ah ! Il suffirait donc de toucher une barrière de passage à niveau, fermée suite à l'approche d'un train, pour qu'elle s'ouvre .... Celle-là, on ne nous l'avait encore pas faite ... Quand au retard du train, on ne sait pas ce que cela vient faire là, vous croyez sans doute que les passages à niveau se ferment à l'heure prévue du passage du train et se rouvrent ensuite ??? Du grand n'importe quoi ...

  • Comment les gendarmes peuvent ils affirmer, tout de suite après l'accident, que feux, sonnerie et barrière fonctionnaient normalement, alors que tout a été mis sous scellés pour expertise ultérieure?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]