Levothyrox : l'ancienne formule disponible "dans 15 jours" (Agnès Buzyn)

Levothyrox : l'ancienne formule disponible "dans 15 jours" (Agnès Buzyn)
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le 9 août 2017 à Paris.

Orange avec AFP, publié le vendredi 15 septembre 2017 à 08h58

L'ancienne formule du Levothyrox, médicament indispensable au traitement de 3 millions de malades atteints de pathologies thyroïdiennes, sera disponible dans les "dans les jours qui viennent", a annoncé la ministre la Santé, Agnès Buzyn, ce vendredi 15 septembre.

D'autres médicaments "alternatifs" seront également mis en vente "dans un mois". Ces différents choix permettront "progressivement aux patients de pouvoir choisir le médicament qui leur convient le mieux", a-t-elle ajouté.

Fatigue, crampes, vertiges, maux de tête... Près de 9.000 patients ont jusqu'ici signalé des effets indésirables "graves" depuis l'instauration de la nouvelle formule du médicament du laboratoire Merck Serono (groupe Merck KGaA) en mars 2017.

"J'AI ÉCOUTÉ LA SOUFFRANCE DES MALADES"

Les premières offensives judiciaires sont lancées : selon l'avocate et ancienne magistrate Marie-Odile Bertella-Geffroy, une cinquantaine de nouvelles plaintes de patients mécontents, dont celle de l'actrice Anny Duperey, vont être déposées au parquet de Paris dans les prochains jours.



"J'ai totalement écouté la souffrance des malades", avait expliqué jeudi sur LCI la ministre de la Santé. La ministre avait cependant tenu à rappeler qu'il n'y avait pas eu d'hospitalisations liées à la prise de ce médicament, rappelant que "le plus grand danger est d'arrêter le médicament" qui est "vital". "Si beaucoup souffrent d'effets secondaires, la grande majorité sont confortables avec le traitement", avait-elle ensuite ajouté sur BFMTV. "Les gens se sont sentis quelque part floués de ne pas être mis dans la boucle, (...) de ne pas avoir été informés. Comme on partait du principe que le nouveau médicament était meilleur, (les médecins) ont quelque part pu sous-estimer la sensation et l'importance des effets secondaires".



Le Levothyrox est prescrit à vie pour remplacer une hormone naturelle, la thyroxine, lorsque la glande censée la produire, la thyroïde, ne fonctionne pas bien ou pas du tout. Cette hormone joue un rôle très important dans la croissance mais aussi sur le système nerveux. Le changement de formule ne concerne pas le principe actif (la lévothyroxine, une hormone de substitution) mais porte sur des substances, appelées "excipients", qui lui sont associées, comme par exemple le lactose qui a été remplacé par le mannitol. Ces modifications visent à garantir une teneur en substance active plus constante - et donc normalement mieux tolérée - d'après l'ANSM. Et, selon elle, il n'y aura pas de retour à l'ancienne formule.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.