Les vaccins pour mes enfants? "Oui mais quand je veux!"

Les vaccins pour mes enfants? "Oui mais quand je veux!"

Certains parents veulent décider par eux-mêmes de la vaccination de leurs enfants

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 28 décembre 2017 à 14h56

"Je ne suis pas contre les vaccins mais je pense que les parents peuvent décider par eux-mêmes", affirme Mathilde, mère de famille de 33 ans, très en colère à la veille du passage à onze vaccins obligatoires pour les enfants nés à partir du 1er janvier.

"Je vais me faire ligaturer les trompes", plaisante la jeune Girondine, mère de trois enfants. Mais elle n'en démord pas: "L'Etat veut obliger, en nous culpabilisant, à faire vacciner les enfants. Je pense clairement que ce sont des intérêts financiers qui sont en jeu. Ça me met hors de moi !".

A tel point que la jeune femme et son mari ont songé à déménager à l'étranger: "On ne veut pas frauder. Alors, on est dans un dilemme total!". 

Pourtant, il y a sept ans, Mathilde ne se pose pas de questions et fait en toute confiance ses nombreux rappels juste avant d'être enceinte. 

"Quand ma fille a eu deux mois et demi, j'ai acheté les vaccins prescrits par la pédiatre et j'ai vu qu'il y avait l'hépatite B. J'ai eu un doute après le scandale sur ce vaccin et je n'en veux pas pour mes enfants", tranche-t-elle. 

Puis lors d'une "épidémie de coqueluche" dans l'établissement scolaire où elle travaille, la jeune femme, "choquée", apprend que les élèves malades étaient tous vaccinés.

Mathilde se renseigne auprès de l'association anti-vaccins Alis sur leurs dangers supposés et lit "Vaccinations - Les vérités indésirables" du biologiste Michel Georget. "C'est un livre scientifique et pédagogique avec des arguments", affirme-t-elle, précisant se méfier des informations sur les réseaux sociaux.

Cet ouvrage signé par un militant anti-vaccins est cependant critiqué par des médecins, qui dénoncent un discours alarmiste et biaisé.

- 'Ça forge l'immunité' -

La première fille de Mathilde, qui a aujourd'hui 6 ans, reçoit finalement cinq vaccins à l'âge de cinq mois, alors qu'elle aurait pu juste recevoir diphtérie, tétanos, poliomyélite (DTP), seuls vaccins obligatoires jusqu'alors mais systématiquement associés à deux ou trois autres vaccins.

En août, avant la rentrée scolaire, son fils a eu le DTP, son médecin ayant pu l'obtenir auprès du laboratoire. Pour sa petite dernière, âgée de 15 mois, "on le fera au dernier moment, quand elle ira à l'école", précise la jeune femme.

Mathilde et son mari ont décidé de faire vacciner leurs enfants avec le ROR (rougeole, oreillons et rubéole) à l'adolescence s'ils ne les ont pas eus "parce que petits, ça forge l'immunité mais une fois grands, ces maladies peuvent être dangereuses".

"La tuberculose, on peut l'envisager, explique la trentenaire. Et si on fait un voyage où il y a des populations à risque, nous ferons les vaccins."

En attendant, le couple veut "laisser les enfants faire leur immunité et éviter les effets secondaires liés aux vaccins". "Ils sont réels, estime-t-elle, malgré le déni ou le manque de considération du personnel soignant et des autorités."

Dans une récente mise en point sur les vaccins, l'Inserm souligne que "les effets indésirables, quand ils existent, sont généralement mineurs et de courte durée", en citant "douleur, rougeur, gonflement (ou) fièvre".

 
39 commentaires - Les vaccins pour mes enfants? "Oui mais quand je veux!"
  • Voila que la tuberculose revient sur le plateau ???? Qui sont les personnes atteintes de la tuberculose , en grande majorité ? eh bien les étrangers en provenance des pays chauds pas mal non

  • Le seuil de protection quasi-complète par la vaccination est de 95 %. Avec seulement 80% d'enfants vaccinés, on est déjà très en-dessous : attention, danger...Tous les historiens de la santé constatent que la vaccination de masse contre les maladies potentiellement mortelles de l'enfance a fait s'effondrer la mortalité infantile. J'habite à Lorient. Dans cette ville, qui comptait alors 40 000 habitants, l'état civil enregistre en 1855 : 123 décès par la tuberculose, 111 par la rougeole, 82 par typhoïde, 57 par la variole, 42 par la scarlatine. À titre de comparaison, entre 2008 et 2011 dans toute la France, la rougeole a fait dix morts, la typhoïde, la variole et la scarlatine aucun décès connu...
    Les inconvénients de la vaccination sont généralement mineurs et sans comparaison possible avec les avantages. Le lien avec l'autisme est aussi absurde qu'un lien avec une fracture du bras. On va trouver chaque année des enfants qui se seront cassé le bras après avoir été vaccinés. Donc, c'est dû au vaccin ! On voit bien qu'on nage dans l'irrationnel. Le lien avec la sclérose en plaque est à peu près impossible à démontrer. Même s'il existait, il faudrait se poser la question du risque global : les vaccins sont, pour la population, beaucoup plus protecteurs que dangereux, c'est indéniable. Si les parents commencent à douter des vaccins et à ne plus protéger leurs enfants, la mortalité infantile va remonter très vite.

    Si c'est pas dangereux pourquoi l'Allemagne n'a pas accepté les onze vaccins?par mesure de précaution!vous feriez bien de vous taire chacun fait ce qu'il veut de sa vie,il suffit d'interdire l'école quand les enfant on la grippe.je suis pas vacciné pratiquement et je suis rarement malade,dans les maisons de retraite juste après la vaccination en générale c'est l’hécatombe comme par hasard pourtant ils sont tous vacciné puisse que c'est obligatoire.L'année dernière on a été obligé de voir la belle mère avec un masque sur le nez ,après que les services autorise les visites.

    vous devez être actionnaire des laboratoire,comme sel vaccins mes enfant ont les cinq premiers ,les autres c'est eux qui déciderons ,car les autres ces du pipau ,en temps que militaire j'ai u la TABDT + rappel tout les cinq ans et maintenant dix ans ,je n'ais u aucune maladie infantile alors que cousin lui a tout u ,et pourtant on dormais dans la même chambre ,alors la réponse donné a mes parent a étais de direque comme j"avais subit une oprération a la naissance ,j'avais reçu de la pénicilline a forte dose ,et cela me fut confirmé suite a des examens de sang dans les années 80

  • Ne pas perdre de vue le cas de l'infirmière ou aide soignante qui à cause d'un vaccin a eu de gros problèmes.... L'Etat a été condamné d'ailleurs.
    Laissons les anti-corps de nos bébés faire leur travail.

  • Les enfants de tous ceux qui feront opposition aux vaccin deviendront des dangers pour le reste de la population en devenant des vecteurs potentiels de maladies graves.
    L'égoïsme, doublé d'obscurantisme nuit gravement à l'intérêt public.

    Dans ce cas, comment expliquez-vous qu'en Suisse, par exemple, seulement 4 cantons sur 24 imposent le vaccin de la polio et de la diphtérie ? Les Suisses sont pourtant en bonne santé, ils ont eux aussi énormément d'immigrés, mais là, l'immigration est sévèrement contrôlée et les populations à risques passent de toute façon des examens médicaux pour éviter des épidémies.
    Qu'en pensez-vous ? Mon frère vit à Zurich depuis 30 ans. Sa fille n'a jamais reçu l'ombre d'un vaccin. Elle est en parfaite santé, elle ne sait même pas ce qu'est une grippe, c'est dire !

    Réponse à: poil2plume
    La Suisse est loin d'être un exemple dans beaucoup de domaines, et ce n'est pas parce que certains font n'importe quoi qu'il faut faire pareil. Par exemple n'oubliez pas que dans certains demi-cantons les femmes n'ont pas le droit de vote municipal.
    En outre le fonctionnement de la Suisse est très différent car c'est une confédération et les cantons sont très autonomes.

  • beaucoup d enfants vont prendre des maladies avec tout ses vaccins il faut juste le principale mais pas leur en mettre plein le corps de ses produits

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]