Les touristes invités à quitter la Martinique car "ils ne sont pas en sécurité", estime le préfet

Les touristes invités à quitter la Martinique car "ils ne sont pas en sécurité", estime le préfet
(illustration)

publié le mardi 10 août 2021 à 12h11

Les services hospitaliers martiniquais craignent d'être submergés par une quatrième vague plus importante que les trois précédentes. Les touristes non vaccinés et présentant des comorbidités sont particulièrement concernés par la mesure.

"Ce n'est pas une expulsion du territoire mais une invitation à le quitter parce qu'ils ne sont pas en sécurité".

Le préfet de Martinique, Stanislas Cazelles, a expliqué mardi 10 août la décision de demander aux touristes de quitter l'île, frappée par une flambée épidémique qui met à mal les services de santé.


Alors que la Martinique entre vendredi dans un confinement strict de trois semaines pour faire face à l'épidémie de covid-19, le préfet à demandé aux touristes de "quitter le territoire" car "ce sont des personnes qui peuvent tomber malades", et saturer encore un peu plus les hôpitaux de l'île. "Nous prendrons le temps pour cela, les compagnies aériennes sont prévenues et mobilisées, cela prendra plusieurs jours", a expliqué Stanislas Cazelles sur franceinfo.

D'autant plus, souligne-t-il, que les hôtels ne seront plus autorisés à les accueillir. "En revanche, ils seront mobilisés pour accueillir des renforts de pompiers, de soignants, d'aides-soignants, de médecins, d'infirmières pour faire face à cette quatrième vague, et donc il est important de pouvoir mobiliser ces structures", a indiqué le préfet. Les plages, ainsi que certains lieux culturels et de loisirs seront fermés. Les déplacements seront par ailleurs limités à un kilomètre autour du domicile.

"Toutes ces mesures rendent le territoire peu attractif, et le départ des touristes s'impose naturellement, a estimé Stanislas Cazelles. C'est une fermeture très progressive des capacités hôtelières pour permettre dans l'ordre et la bonne organisation aux personnes de rentrer, prendre l'avion et très souvent de rentrer dans l'Hexagone."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.