Les règles du confinement resteront inchangées "au moins pour les 15 prochains jours", dit Castex

Chargement en cours
Un restaurant fermé sur les Champs-Elysées, le 12 novembre 2020 à Paris pendant le deuxième confinement en France
Un restaurant fermé sur les Champs-Elysées, le 12 novembre 2020 à Paris pendant le deuxième confinement en France
1/2
© AFP, STEPHANE DE SAKUTIN

, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 20h16

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi "le maintien inchangé des règles du confinement au moins pour les 15 prochains jours", estimant que la récente tendance à la baisse du nombre de cas positifs était "fragile" et "à confirmer".

"Il serait irresponsable de lever et même d'alléger le dispositif" de confinement pour l'instant, a ajouté lors d'une conférence de presse le Premier ministre, appelant à la "prudence" en attendant de voir si ces résultats se confirment.

De "premières mesures d'allégement" du reconfinement pourraient toutefois intervenir au 1er décembre si la situation sanitaire s'améliore. Mais elles seraient "strictement limitées aux commerces que nous avons pu fermer", a-t-il ajouté.

"Leur réouverture ne pourrait s'envisager que sur la base d'un protocole renforcé" et cette première étape "ne pourra cependant pas concerner (...) les bars, les restaurants et les salles de sport" où "les risques de contamination sont par nature plus élevé", a-t-il expliqué. 

Une attestation pour se déplacer sera toujours nécessaire au-delà du 1er décembre, même si une amélioration des indicateurs de l'épidémie de coronavirus permettraient un allègement du confinement, a-t-il ajouté.

Et, a-t-il averti, le gouvernement sera "amené à prendre des mesures supplémentaires afin d'arrêter la vague" épidémique si, "la semaine prochaine", la tendance à l'amélioration des indicateurs sanitaires "ne se confirmait pas et que le nombre de patients Covid en réanimation devait continuer à augmenter".

"Le pic du mois d'avril" en nombre d'hospitalisations liées au coronavirus a été franchi en France, au-delà de la barre des 32.000, ce qui représente "une hospitalisation toutes les 30 secondes et une admission en réanimation toutes les 3 minutes", a-t-il souligné.

Mais "notre objectif est de pouvoir permettre un nouvel allégement au moment des vacances de Noël, afin que les Français puissent passer des fêtes de fin d'année en famille", a-t-il ajouté, tout en avertissant: "celles-ci ne pourront pas se tenir de la même manière que d'habitude".

"On pourra bien sûr, se retrouver avec les siens, mais il ne serait pas raisonnable d'espérer pouvoir organiser de grandes fêtes à plusieurs dizaines de personnes, notamment pour le réveillon du 31 décembre", a affirmé M. Castex.


"Nous allons tout faire s'agissant des déplacements, en train ou pas, pour les vacances de Noël", de préciser les règles sur la nécessité d'une attestation "dans des délais qui leur permettront de s'organiser" c'est à dire "je l'espère d'ici la fin du mois de novembre", a-t-il ajouté.

En attendant, le chef du gouvernement a demandé de ne "pas relâcher" mais d'"amplifier" les efforts face au confinement, en appelant au "civisme" pour le respecter. Il a indiqué avoir demandé au ministre de l'Intérieur un renforcement des contrôles, alors que 581.000 ont déjà été pratiqués depuis le 30 octobre, occasionnant "88.455 verbalisations".

Jean Castex a par ailleurs promis que le gouvernement allait continuer à "apporter un soutien massif" aux entreprises contraintes de fermer pendant le reconfinement.

Près de 1.600 étudiants seront par ailleurs recrutés, de novembre à janvier, pour accompagner dans les universités "les étudiants de première année" et les étudiants "les plus en difficulté".

"J'assume mes responsabilités en termes de protection contre l'épidémie. J'entends les assumer de la même manière pour protéger les victimes économiques du confinement", a-t-il dit.

"Je mesure les souffrances et parfois le désespoir de beaucoup d'entre vous. Mais il est de ma responsabilité de vous (...) protéger contre le virus et ses ravages", un virus qui a fait 42.500 morts en France depuis le début de la pandémie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.