Les prix des médicaments sans ordonnance en forte hausse

Les prix des médicaments sans ordonnance en forte hausse
Selon l'Observatoire Familles rurales, les prix des médicaments sans ordonnance ont grimpé de 4,3% en un an.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 12 décembre 2017 à 12h27

CONSO. Selon le baromètre annuel de l'Observatoire Familles rurales, les prix des médicaments vendus sans ordonnance ont progressé en un an de 4,3%, avec d'énormes disparités.

Depuis 2010, l'Observatoire des prix de l'association Familles rurales scrute l'évolution tarifaire d'une quinzaine de médicaments, parmi les plus consommés.

Publié mardi 12 décembre dans Le Parisien, son baromètre annuel* révèle que la loi de 2008 autorisant la vente en accès libre de médicaments sans ordonnance n'a pas favorisé la baisse des prix. Bien au contraire : ils ont augmenté de 4,3% en un an, alors que l'inflation n'était que de 1,1%.

DE GRANDES DISPARITÉS

L'étude soulève par ailleurs d'énormes disparités de prix. "Un produit d'usage fréquent tel que l'Activir, utilisé contre l'herpès, a vu son prix moyen baisser de 7,1 % en 2016 puis s'envoler de 9,8 % cette année. Le Dacryum, solution de lavage oculaire, coûte 9,6 % de plus que l'an dernier. Dans certains endroits, il se trouve à 1,95 € la boîte et dans d'autres à... 8,50 €. Soit 3,4 fois plus cher", écrit notamment le quotidien. Sur les onze produits regardés à la loupe par Familles rurales, "seuls deux sont en baisse : l'Imodium (- 2,20 %) et le Strepsils (- 1 %)."



FAUT-IL PRÉFÉRER INTERNET ?

Où acheter moins cher ? Pas forcément en officine. L'étude relève que les variations de prix y sont plus importantes. La boîte de Nicopass, pour cesser de fumer, peut y être facturée 13,90 euros comme 34,10 euros tandis que l'anti-maux d'estomac Maalox varie entre 2,75 euros et 9,10 euros.

Acheter ses médicaments sur Internet n'est pas forcément la meilleure des solutions pour faire des économies. Si en moyenne, tous les produits comparés y sont moins chers, il faut prendre en compte les frais de port qui plombent rapidement la facture. "Il n'y a qu'au-delà de 60 euros de commandes que ça devient intéressant, la livraison étant alors souvent offerte", souligne Le Parisien.

Et quid des grandes et moyennes surfaces ? "Gare aux idées reçues", prévient le président de Familles rurales, Dominique Marmier. À titre d'exemple, le sérum physiologique utilisé pour les jeunes enfants est vendu 4,26 euros en pharmacie contre 5,26 euros dans les grandes surfaces. Néanmoins, certaines pharmacies le vendent jusqu'à 9,90 euros contre 7,60 euros au maximum en grandes surfaces, alors que les internautes peuvent le trouver à 1,49 euros en ligne.

À l'inverse, le lait en poudre pour enfants Gallia est moins cher en grande surface (17,80 euros) qu'en pharmacie 20,69 euros) ou en ligne (21,08 euros).

* Relevé effectués dans 40 magasins et sur 43 sites Internet en octobre 2017.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.