Les policiers vent debout contre les propos "intolérables" de Yann Moix

Les policiers vent debout contre les propos "intolérables" de Yann Moix
L'écrivain Yann Moix le 4 novembre 2013 à Paris

AFP, publié le dimanche 23 septembre 2018 à 18h49

Dépôt de plainte, saisie du CSA...: les policiers étaient vent debout dimanche après les propos de l'écrivain polémiste Yann Moix qui les a accusés la veille de "se victimiser" et de "chier dans leur froc" face à l'insécurité.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a dénoncé des propos "intolérables", qualifiant le chroniqueur de "grossier sur la forme" et "indécent sur le fond", sans toutefois annoncer d'action en justice.

Dans l'émission "Les terriens du samedi" sur C8, Yann Moix a tiré à boulets rouges sur les forces de l'ordre. Étaient invités sur le plateau le journaliste Frédéric Ploquin pour la sortie de son livre "La peur a changé de camp", qui évoque le travail des policiers "la peur au ventre" sur fond d'insécurité, et deux policiers venus témoigner.

"Vous venez dire ici que les policiers ont peur (...), que vous chiez dans votre froc", a-t-il dit. "La peur au ventre, vous n'avez pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux", a ajouté l'écrivain.

Regrettant "l'absence d'annonce d'une poursuite en justice" par le ministre, le syndicat Alternative CFDT a saisi le conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) et annoncé qu'il déposerait plainte lundi, "soit pour injures publiques, soit pour diffamation".

Son homologue SCSI-CFDT, qui a également saisi le CSA, invite "les policiers et ceux qui les soutiennent à se désabonner de Canal+", si Yann Moix est maintenu comme chroniqueur sur C8, chaîne du groupe Canal+. L'Unsa, en plus de saisir le CSA, a annoncé saisir également le "directeur de C8".

Yann Moix "récidive", a réagi le syndicat Alliance faisant référence à une polémique lancée par l'écrivain en début d'année lorsqu'il avait accusé les policiers de "violences" dans les camps de migrants à Calais.

Il avait alors certifié avoir des preuves vidéos que les syndicats de police "attendent toujours". 

Les propos de Yann Moix de samedi ne font "qu'attiser la haine" et sont "inacceptables", a déclaré à l'AFP Fabien Vanhemelryck, secrétaire général délégué d'Alliance, invitant l'écrivain à "s'imprégner directement de la réalité du terrain en se déplaçant sur ces lieux +dits sensibles+",

"Espérons que la justice sanctionne durement cet individu à la hauteur du venin qu'il déverse sur l'institution et les policiers", a conclu Fabien Vanhemelryck. Alliance a également demandé au ministre de déposer plainte. 

- "Diarrhée verbale haineuse " -

Le syndicat Unité-SGP a saisi le président du CSA et le ministre "pour que des poursuites soient engagées à l'encontre de ce personnage".

Le député des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, pour qui "les condamnations verbales c'est bien, mais les actes concrets, c'est mieux", demande aussi au ministre de porter plainte.

"Comment des chaînes de télévision peuvent-elles encore inviter ce petit monsieur pleutre à venir déverser ses calomnies et son fiel contre les forces de l'ordre sur leurs plateaux ?", s'est interrogé Unité-SGP dans un communiqué.

Même question pour le directeur général de la police, Éric Morvan, pour qui "la police n'est pas une affaire de +couilles+ ni de +peur au ventre+. La police nationale, ce sont des femmes et des hommes au service du droit et des citoyens, qui œuvrent pour le respect des libertés et dont une valeur fondamentale est le courage".

"Reste à savoir s'il est admissible qu'un média audiovisuel, au nom de la liberté éditoriale d'une émission, peut se permettre de se faire le porte-voix de tels excès insultants", a-t-il tweeté.

"La diarrhée verbale haineuse de ce bobo qui baigne dans le luxe et l'argent est ignominieuse et indécente", a commenté auprès de l'AFP Patrice Ribeiro, du syndicat Synergie. "Chaque jour des milliers de policiers, qui gagnent 10 ou 20 fois moins que ce plumitif de salon, risquent, exposent leur intégrité physique dans des quartiers dont ce monsieur ne sait même pas où ils se trouvent sur une carte de France et où vivent des gens qui sont pris en otage par les voyous", a-t-il ajouté.

"Comble de l'indécence, ce petit commissaire politique va enseigner en Corée du Nord, dernière dictature totalitaire, sanguinaire et véritable régime policier", ajoute-t-il. Yann Moix a annoncé qu'il se rendrait en Corée du nord l'été prochain pour y donner des cours de littérature française.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.