Les pilotes d'Easyjet dénoncent des cadences dangereuses

Les pilotes d'Easyjet dénoncent des cadences dangereuses
Les pilotes français dénoncent un "programme de vols irréaliste" (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le lundi 14 août 2017 à 09h39

Selon le syndicat des pilotes français, la compagnie programme plus de vols qu'elle n'a les moyens d'en réaliser, faisant courir des risques pour les passagers.

"EasyJet a atteint les limites du low-cost", estime Nicolas Frick, vice-président du syndicat français SNPL dans Le Parisien ce lundi 14 août, qui pointe du doigt des retard et des annulations répétés cet été.



"Quand on vous demande de faire un aller-retour Nice-Olbia en Sardaigne, puis un aller-retour Nice-Marrakech avec des escales de vingt-cinq minutes dans des aéroports surchargés pendant l'été, où il faut débarquer et embarquer 186 passagers plus les bagages, au moindre pépin, le dernier vol de la journée est impossible à faire", dénonce de son côté Michaël Van Til, délégué SNPL.



LA TENSION MONTE

Toujours selon le SNPL, "vous avez huit fois plus de chance cet été de voir votre vol annulé le week-end que hors période estivale". Sur le seul mois de juillet, easyJet a dû annuler pas moins de 541 vols, contre 350 en juillet 2016.

Résultat : la tension monte. "Il y a quelques jours, à Nice, un vol a eu douze heures de retard. Des clients et un agent d'EasyJet en sont venus aux mains", cite en exemple Michaël Van Til.

Plus grave, ces cadences infernales sont parfois suivies au péril de la vie des passagers. "on demande aux commandants de bord d'utiliser leur pouvoir discrétionnaire pour dépasser les limites légales de temps de vol afin d'assurer ce programme de vol irréaliste au mépris de la sécurité des passagers et des équipages", dénonce encore le syndicat.

Interrogée par Les Echos et Le Parisien, la compagnie EasyJet assure ne faire "aucun compromis sur la sécurité" et être "structurée pour gérer un niveau normal de perturbations en haute saison".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU