Les magasins Gap vont-ils disparaître ?

Les magasins Gap vont-ils disparaître ?
Une enseigne Gap, à Pékin (illustration)

, publié le jeudi 22 octobre 2020 à 10h42

Le groupe étudie la possibilité de fermer ses enseignes de prêt-à-porter en Europe à l'horizon juin 2021.

L'enseigne de prêt-à-porter américaine Gap lance une revue stratégique de ses activités en Europe et envisage notamment de fermer ses magasins en Europe d'ici à juin 2021, indique le groupe. "Aujourd'hui, nous avons annoncé (...) entamer une revue stratégique des options pour notre activité Gap en Europe. L'une des options à l'étude est l'éventuelle fermeture de nos magasins Gap gérés par la société au Royaume-Uni, en France, en Irlande et en Italie à la fin du deuxième trimestre en 2021", a annoncé Mark Breitbard, directeur international de la marque Gap, dans un communiqué publié sur le site du groupe.

Le groupe entend également revoir son modèle de distribution et de commercialisation en Europe, ce qui pourrait entraîner la fermeture de son centre de distribution européen situé à Rugby au Royaume-Uni, précise le responsable. Gap envisage par ailleurs le transfert d'activités à des "tiers intéressés dans le cadre d'un projet d'expansion du modèle de partenariat", au travers de franchises qui constituent "un moyen efficace et rentable d'amplifier la marque".

"Grâce à la franchise, la marque Gap atteint des clients dans 35 pays avec plus de 400 magasins et 14 sites de commerce électronique", précise le groupe. Affecté comme l'ensemble du secteur de la mode par les fermetures liées aux mesures de confinement à travers le monde, Gap comptait 129 magasins en Europe au début du mois d'août. Entre février et août, 11 magasins avaient mis la clé sous la porte en Europe, 66 en Amérique du Nord et 10 en Asie. Des magasins de ses autres enseignes,  dont Old Navy, Banana Republic, ont également été fermés.

Le groupe Gap avait enregistré au deuxième trimestre des revenus en recul de 18% à 3,3 milliards de dollars et une perte nette par action à 0,17 dollar contre un bénéfice net par action de 0,44 dollar un an plus tôt.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.