Les lycées français de l'étranger, un réseau d'excellence en pleine crise

Les lycées français de l'étranger, un réseau d'excellence en pleine crise

Élèves devant l'entrée du lycée Blaise-Pascal, le lycée français d'Abidjan, situé à Cocody en Côte d'Ivoire, le 2 septembre 2008

AFP, publié le mardi 20 mars 2018 à 20h11

Les lycées français de l'étranger, qu'Emmanuel Macron veut "consolider" dans le cadre de son plan pour le français dans le monde, regroupe 492 établissements dans 137 pays mais ce réseau, souvent considéré comme "d'excellence", traverse une crise profonde.

"Le réseau des lycées français est la colonne vertébrale" de l'enseignement dans le monde, s'est félicité M. Macron en annonçant mardi son plan de promotion de la francophonie. Le président compte "consolider et dynamiser le réseau" afin de lui permettre de répondre de façon nouvelle à la demande croissante d'éducation française. L'objectif est de "doubler le nombre d'élèves accueillis au sein du réseau scolaire français d'ici à 2025". 

Le réseau, unique dans le monde, scolarise actuellement 350.000 élèves dont 60% sont étrangers et 40% Français. Les lycées de l'étranger ne sont ainsi pas seulement des établissements pour les quelque deux millions d'expatriés français mais bien plus un outil de rayonnement culturel, linguistique, voire diplomatique. 

Mais les récentes coupes budgétaires touchant l'Agence pour l'enseignement du français à l'étranger (AEFE), qui coordonne le réseau, ont provoqué une vague de mécontentement sans précédent. Le réseau a ainsi vécu plusieurs mouvements de grève depuis l'automne. Une journée école morte avait ainsi été organisée dans dix écoles de Tunisie lors de la visite du président Macron fin janvier. Une seconde pétition de parents d'élèves, lancée tout récemment, a par ailleurs recueilli plus de 10.000 signatures.

Dans le cadre des mesures d'austérité annoncées l'an dernier par le président Macron, le budget de l'AEFE a été réduit de plus de 8%, pour le ramener à 354,5 millions d'euros en 2017. Mais le gouvernement a promis à l'AEFE qu'elle retrouverait cette année et en 2019 son budget d'avant les coupes, soit environ 400 M EUR.

Les coupes correspondent à la suppression de "plus de 500 postes d'enseignants titulaires, soit 8% des effectifs actuels", sur les trois ans à venir, selon l'association Français du monde-ADFE.

"Sauvons les lycées français du monde", écrivent les parents d'élèves dans leur pétition diffusée sur le site Change.org. Dénonçant une "baisse de qualité de l'enseignement", les quelque 10.000 signataires disent également "craindre que ces coupes budgétaires n'entraînent mécaniquement une hausse sévère des frais de scolarité, déjà très élevés". 

"La francophonie, le rayonnement de l'éducation française et l'image de la France à l'étranger, ne méritent-ils pas au contraire un plus grand investissement ?", demandent les auteurs de la pétition, le Franco-Libanais Hassan Hassan et la Franco-Espagnole Katia Velasco, des parents d'élèves du lycée français de Madrid, un des plus grands du monde, avec 4.000 élèves environ.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
7 commentaires - Les lycées français de l'étranger, un réseau d'excellence en pleine crise
  • çà va coûter combien ?? sachant que meme chez nous la langue française est en régression,

  • Combien d’expatriés sont dans l’obligation de renvoyer femme et enfants en France faute de moyens suffisants pour les payer.
    Rappelons que les écoles publiques sont payantes à l’étranger. Elles coutent par ailleurs très chers.
    Les entreprises ne veulent plus payer 500 euros chaque mois par enfant.

  • Ces lycées Français sont affreusement chers. Seuls les personnels de consulats et d'ambassade peuvent y mettre leurs enfants, les frais sont alors payés par l'état. Le citoyen expatrié ou détaché doit payer la note, lui...

  • Encore une fois il y a le discours et il heurte de plein fouet la réalité !

  • Le droit des peuples de parler la langue de leurs pays. Ce ne sont plus des colonies.