Les disparitions inquiétantes de mineurs ont doublé entre 2016 et 2017

Les disparitions inquiétantes de mineurs ont doublé entre 2016 et 2017
Un gendarme de la Brigade départementale de renseignements et d'investigations judiciaires.

Orange avec AFP, publié le vendredi 25 mai 2018 à 10h46

L'association 116.000 Enfants Disparus a publié les chiffres du ministère de l'Intérieur sur les signalements de disparitions de mineurs en 2017.

À l'occasion de la journée mondiale des enfants disparus, l'association 116.000 Enfants Disparus publie les chiffres du ministère de l'Intérieur sur les signalements de disparitions de mineurs, ce vendredi 25 mai.

La police a enregistré 49.422 signalements en 2017, un chiffre "quasi identique" à 2016. En revanche, le nombre de disparitions "inquiétantes" de mineurs a doublé en 2017 par rapport à l'année 2016, passant de 687 à 1.328.

"Une question de temps"

"Cela pourrait vouloir dire que les forces de l'ordre ont tendance à être plus vigilantes, à ne pas tout tout de suite penser à une simple fugue", se félicite dans Le Figaro Anne Larcher, la présidente de l'association.

Il n'existe toutefois aucun critère précis pour apprécier la gravité de la disparition d'un enfant, c'est donc à l'officier de police de juger si la disparition présente ou non un caractère particulièrement grave.



Selon une source policière interrogée par 20 Minutes, la médiatisation de récentes disparitions comme celle de la petite Maëlys a "créé un écho et la sensibilisation est plus forte".

"Lorsqu'une disparition est classée comme inquiétante, c'est presque toujours une question de temps. Plus de la moitié des enfants qui disparaissent sont retrouvés dans les 24 heures', explique encore Anne Larcher.

Il n'existe aucun critère précis pour apprécier la gravité de la disparition d'un enfant, c'est donc à l'officier de police de juger si la disparition présente ou non un caractère particulièrement grave.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.