Les CRS chargés de surveiller la villa des Macron au Touquet dénoncent leurs conditions de travail

Les CRS chargés de surveiller la villa des Macron au Touquet dénoncent leurs conditions de travail
La villa de Brigitte et Emmanuel Macron est surveillée par les CRS même en leur absence.

Orange avec AFP, publié le dimanche 31 décembre 2017 à 19h21

Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, des CRS encadrent la maison de Brigitte Macron, l'épouse du chef de l'État, même quand le couple n'y est pas. Une demi-compagnie de CRS, soit 40 hommes, assurent cette garde statique et se relaient,
rapporte La Voix du Nord.

Pas d'abri contre les intempéries, pas de toilettes, armement lourd...

Ils dénoncent aujourd'hui leurs conditions de travail.



"Pas question de remettre en cause cette surveillance. La police a toujours gardé les domiciles secondaires des présidents. Mais qu'on s'en donne les moyens au Touquet", affirme Denis Hurth, délégué zonal CRS UNSA-police, dans le quotidien local.

UNE SANCTION POUR S'ÊTRE ABRITÉ ?

C'est un évènement récent qui a fait éclater la colère des CRS. Surpris par une "forte pluie avec bourrasque", un agent en charge de la surveillance de la maison s'est mis à l'abri dans son véhicule.



"Son commandant l'a appris et lui a demandé un rapport pouvant aboutir à une sanction", raconte le délégué syndical qui est intervenu auprès du directeur zonal des CRS nord.

PAS DE TOILETTES

Pour éviter qu'un autre "incident" ne se reproduisent, les CRS réclament "en urgence l'installation d'un abri". "À la Lanterne, au cap Nègre, il y a des guérites, pourquoi pas au Touquet ?", interroge ainsi Denis Hurth.

Autre problème soulevé par le syndicat : l'absence de toilettes. "Ils doivent faire jouer le système débrouille mais ce n'est pas normal", dénonce encore le délégué syndical qui rapporte que les CRS chargés de la surveillance doivent porter un équipement de 20 kilos pendant leur garde.

"Je suis sensible aux conditions des policiers mais il faut regarder ce qu'il est possible de faire", répond la maire du Touquet Lyliane Lussignol, qui souligne qu'elle a donné son accord pour la mise en place d'une rallonge électrique sur le véhicule des CRS. Cela permettra de chauffer l'intérieur du fourgon tout en évitant d'allumer le moteur de jour comme de nuit.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU