Les 35 "vaccinodromes" seront opérationnels "dans les prochains jours"

Les 35 "vaccinodromes" seront opérationnels "dans les prochains jours"
(Photo d'illustration)

publié le mardi 23 mars 2021 à 10h45

La ministre de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher a précisé mardi matin sur BFMTV que l'exécutif était "en train de travailler avec les élus locaux pour mettre en place" les vaccinodromes.

Alors que la France subit une troisième vague de Covid-19, la campagne de vaccination va s'intensifier dans ces prochains jours. Alors que l'Hexagone va recevoir plus de doses de vaccins, le gouvernement a assuré lundi 22 mars vouloir ouvrir de grands centres "pour vacciner massivement les Français" à partir d'avril.

Sans donner de date précise, le ministre de la Santé Olivier Véran a évoqué "au moins 35 centres". "Ils seront opérationnels dans les prochains jours", a précisé mardi matin la ministre déléguée chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher. 



"On est en train de travailler avec les élus locaux pour les mettre en place", a précisé la ministre sur BFMTV. L'armée et les pompiers seront notamment mobilisés, a indiqué lundi Olivier Véran.

"L'enjeu c'est que nous avons une accélération des livraisons de doses et donc nous pouvons passer à une deuxième phase de vaccination, plus massive", a expliqué Mme Pannier-Runacher. "Nous avons également terminé la phase de vaccination dans les Ehpad, qui était un peu complexe (...). Cette phase est derrière nous, nous pouvons élargir la vaccination", a-t-elle ajouté. 

Pour l'heure, et après l'interruption de l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca pendant quelques jours la semaine dernière, la France compte plus de 6,35 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin, dont près de 2,5 millions vaccinées avec deux doses. Le gouvernement table toujours sur 10 millions de premières doses injectées mi-avril. "Ce sera clairement BioNTech/Pfizer qui va fournir le plus grand nombre de doses dans les semaines qui viennent", a-t-elle dit, soulignant ainsi les problèmes d'approvisionnement pour le vaccin d'AstraZeneca.

Avant le démarrage de la vaccination contre le Covid-19, le gouvernement avait écarté l'idée d'utiliser de grands centres, associés à l'échec de la campagne de piqûres contre la grippe H1N1. Mais trois mois plus tard, la crise sanitaire s'éternise et la vaccination représente le seul espoir d'en sortir.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.