Les 12 mesures de l'UFC-Que choisir pour augmenter de 9 milliards d'euros le pouvoir d'achat des Français

Les 12 mesures de l'UFC-Que choisir pour augmenter de 9 milliards d'euros le pouvoir d'achat des Français
Supprimer le relèvement du seuil de revente à perte, entré en vigueur le 1er février, permettrait d'économiser 800 millions d'euros par an, selon l'UFC-Que choisir.

, publié le lundi 04 février 2019 à 08h31

L'association de défense des consommateurs a décidé de contribuer au "grand débat" en proposant ce lundi 4 février "douze mesures concrètes" en faveur du pouvoir d'achat. Elle assure qu'elles sont "sans surcoût pour les finances publiques".

Suppression du relèvement du seuil de revente à perte (SRP), allongement de la durée de garantie légale, régulation des dépassements d'honoraires...

En plein"grand débat", l'UFC-Que choisir a décidé de s'emparer de la question du pouvoir d'achat. L'association de défense des consommateurs propose "douze mesures concrètes" qui pourraient favoriser une "progression durable du pouvoir d'achat de plus de 9 milliards d'euros, soit plus de 320 euros par ménage", explique-t-elle dans un communiqué. Les voici : 

1• Répercuter les baisses des cours des matières premières agricoles sur les prix en rayon

L'association dénonce les industriels et/ou distributeurs qui profitent des baisses des cours agricoles pour "gonfler leurs marges". "Ainsi, le cours du lait a baissé de près de 30 % entre 2014 et 2017 mais le prix de la bouteille de lait demi-écrémé a bondi de 5 % !", explique l'UFC-Que choisir. Une telle mesure permettrait d'économiser 340 millions d'euros par an "rien que sur le lait de consommation, les viandes fraîches bovines et le filet de poulet".

2• Supprimer le relèvement du seuil de revente à perte (SRP)

L'association s'est toujours opposée à cette mesure de la loi Alimentation, entrée en vigueur le 1er février, censée aider à revaloriser les revenus des agriculteurs. Sa suppression pourrait permettre "800 millions d'euros d'économie".

3• Supprimer les commissions d'intervention en cas d'incident bancaire

Selon l'UFC-Que choisir, les "frais de sanction" n'ont "pas de légitimité économique", puisqu'ils ne rémunèrent pas la banque pour l'analyse de solvabilité des clients. L'association estime que la suppression des commissions d'intervention en cas d'incident bancaire dégagerait 2,8 milliards d'euros par an.

4• Simplifier le changement de banque avec la portabilité du numéro de compte bancaire

L'association de consommateurs demande de faciliter le changement de banque (en conservant son numéro de compte bancaire), "afin de raviver la concurrence" en France, où le taux de mobilité bancaire atteint 2,3%, "un niveau trois fois inférieur à la moyenne européenne". Selon l'UFC, cela dégagerait 1,2 milliard d'euros par an.

5• Faire varier les aides à la rénovation énergétique en fonction du niveau de performance et non des équipements

Alors que le logement représente 30% de la consommation d'énergie, l'association estime que "passer à un dispositif unique et progressif soutenant les travaux les plus performants soulagerait financièrement les ménages et inciterait les professionnels à proposer des solutions mieux adaptées". Cela permettrait d'économiser 450 millions d'euros

6• Appliquer strictement le principe "préleveur-pollueur-payeur" pour l'eau potable

Loin d'être les premiers préleveurs ou pollueurs, les Français paient pourtant l'essentiel des taxes sur la consommation et la pollution d'eau, dénonce l'UFC-Que choisir. L'association préconise ainsi d'appliquer strictement le principe "préleveur-pollueur-payeur" pour l'eau potable. Elle vise notamment l'agriculture intensive, responsable de 70% de la pollution par les pesticides. Cela permettrait de libérer 1,04 milliard d'euros.

7• Allonger la durée de garantie légale en fonction de la durée de vie des produits

L'UFC-Que choisir préconise d'allonger la durée de garantie légale de conformité des produits, actuellement de deux ans, qui "contrecarrerait l'obsolescence organisée et inciterait les industriels à produire des biens durables."

8• Encadrer les loyers dans toutes les zones tendues

L'association dénonce la loi Élan (Évolution du logement, de l'aménagement et du numérique), qui rend facultative l'expérimentation de l'encadrement des loyers, un dispositif qui "a pourtant fait ses preuves à Paris et Lille". Elle réclame de le rendre obligatoire dans toutes les zones tendues.

9• Faciliter la comparaison et le changement d'assurance santé

En matière de santé, l'UFC-Que choisir demande aux autorités de faciliter le changement et la comparaison des assurances santé, permettant aux consommateurs de récupérer 1,2 milliard d'euros par an.
 
10• Limiter le dépassement d'honoraires chez le médecin

Une meilleure régulation des dépassements d'honoraires permettrait aux ménages d'économiser 650 millions d'euros par an, selon l'association.

11• Réformer l'apprentissage de la conduite pour baisser le prix du permis

L'UFC préconise de favoriser l'émergence d'auto-écoles en ligne, de modifier les règles d'attribution des places à l'examen pratique et de permettre aux enseignants indépendants de proposer des heures de conduite au-delà d'un socle obligatoire en auto-école. Objectif : faire baisser le prix du permis de conduite, actuellement de 1.800 euros en moyenne. Cela permettrait une économie de 365 millions d'euros par an.

12• Libéraliser la vente de pièces de carrosserie automobiles

"En France, les constructeurs automobiles décident seuls qui a le droit de fabriquer et de vendre les pièces détachées de carrosserie", ce qui a pour conséquences des prix bien plus élevés que chez nos voisins européens, déplore l'association. "Si on supprimait ce monopole, les Français économiseraient 415 millions d'euros par an", assure-t-elle. 



"Sans surcoût pour les finances publiques", selon l'UFC, cet ensemble de mesures a pour objectif de faire diminuer les prix en s'attaquant à divers rentes ou dysfonctionnements de marché", et ainsi "doubler l'ampleur des annonces présidentielles, sans peser sur les finances publiques". L'association propose aux consommateurs de signer en faveur de ce plan et de voter en ligne pour dégager "les trois propositions les plus urgentes à leurs yeux". 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.