Légalisation de l'euthanasie : le plaidoyer de Line Renaud

Légalisation de l'euthanasie : le plaidoyer de Line Renaud
Le 8 avril, les députés étudieront la proposition de loi qui institue un "droit à une fin de vie libre et choisie".

publié le lundi 05 avril 2021 à 15h00

"Je compte sur vous qui nous représentez, pour voter cette loi qui donnera à chacun la possibilité de choisir sa fin de vie".


Marraine de l'association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), la chanteuse Line Renaud a publié une lettre ouverte à l'attention des députés, les pressant de donner "à chacune et à chacun la possibilité de choisir sa fin de vie". 

Le 8 avril, les députés étudieront la proposition de loi du député Olivier Falorni (groupe Libertés et Territoires) qui institue un "droit à une fin de vie libre et choisie".


"Un texte très important. Capital même", a commenté Line Renaud dans sa missive, réclamant la liberté de "mourir dans la dignité".

Ce texte "touche à notre bien le plus précieux, la liberté ! Notre liberté ultime et souveraine : celle de mourir dans la dignité.

Ayant vécu digne et libre, je ne peux imaginer mourir enchaînée et contrainte. Si notre vie nous appartient, il doit absolument en être de même pour notre mort", a-t-elle ajouté.


Fin de vies douloureuses  

Line Renaud s'appuie sur son expérience personnelle en évoquant les "fins de vie ô combien douloureuses" son mari, Loulou Gasté, de sa mère et de "tant de malades du sida" qu'elle a rencontrés.

"La dernière en date est celle de la mère d'une amie qui travaille à mes côtés depuis très longtemps. Elle a dû supporter une souffrance atroce que la loi actuelle n'a pas un instant permis de soulager. Aussi admirables soient-ils, les médecins n'ont pas été en mesure d'empêcher ce calvaire et cette femme ne s'est pas éteinte paisiblement, dignement, ainsi qu'elle le souhaitait". 

La femme de 92 ans considère cette proposition de loi comme un progrès essentiel qu'on ne doit plus empêcher. "Songez à notre humanité et faites que notre liberté demeure entière jusqu'au dernier souffle", conclut-elle. 

"Qu'on nous laisse partir !" 

L'actrice s'était déjà prononcée en faveur de l'euthanasie en fin d'année dernière, quand elle avait annoncé s'être remise d'un AVC. "C'est une cause que je prends en main, confiait-elle à l'époque sur TF1

Quand on est à la fin de sa vie, qu'on nous laisse partir, qu'on nous aide à partir, je le demande, déclarait-elle face caméra. Ce sera dans mon testament, je ne veux pas qu'on me prolonge inutilement", avant de conclure : "Quand on souffre, on part".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.