Le tueur en série Patrice Alègre va demander sa remise en liberté

Le tueur en série Patrice Alègre va demander sa remise en liberté
Patrice Alègre lors de son procès, le 21 février 2002, à la cour d'assises de Toulouse.

publié le samedi 31 août 2019 à 10h52

L'assassin a adressé une demande de liberté conditionnelle, à quelques jours de la fin de la période de sûreté qui avait accompagné sa peine de réclusion criminelle.

Le tueur en série toulousain Patrice Alègre, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en février 2002, va déposer une demande de libération conditionnelle début septembre, a révélé Le Figaro vendredi 30 août 2019. Il avait été reconnu coupable de cinq meurtres précédés de viols, ainsi que d'un viol suivi d'une tentative de meurtre.

Sa peine avait été assortie d'une période de sûreté de 22 ans, qui va toucher à son terme le 6 septembre.

Si Patrice Alègre avait été condamné en 2002, il avait été arrêté et placé sous mandat de dépôt le 5 septembre 1997. C'est donc cette date qui a été prise en compte dans le calcul de la période de sûreté.

Contacté par France Bleu, l'avocat de Patrice Alègre, Me Pierre Alfort, a confirmé l'information du Figaro. La demande sera examinée par des experts psychiatres. "Si le législateur a prévu une période de sûreté de 22 ans et pas de 30 ans, il est dans le cadre juridique pour déposer une demande à partir du 6 septembre, ce que nous allons faire", a expliqué l'avocat.


La demande de remise en liberté a en partie été motivée par la compagne de Patrice Alègre, une psychologue canadienne âgée de 40 ans. "Elle est un soutien, qui va l'aider à préparer sa sortie, qui va l'héberger, l'aider à avoir un emploi, explique Me Alfort. C'est quelqu'un susceptible de le stabiliser." Tombée amoureuse du tueur en série, elle s'est installée en France dans l'espoir d'y refaire sa vie avec son compagnon, une fois qu'il sera sorti de prison. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.