Le terrorisme devient le premier sujet de préoccupation des Français, devant le chômage

Chargement en cours
 Deux policiers lors d'une opération de déminage à Paris, le 20 mars 2017

Deux policiers lors d'une opération de déminage à Paris, le 20 mars 2017

1/2
© AFP, Lionel BONAVENTURE
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 07 décembre 2017 à 11h01

Le terrorisme est le premier sujet de préoccupation des Français et devance pour la première fois depuis 2006 le chômage, selon une enquête annuelle publiée jeudi sur le ressenti face à l'insécurité.

Il s'agit de la onzième enquête annuelle dite de "victimation" portant sur l'année 2016, publiée par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et l'Institut national de la statistique (Insee).

Cette enquête permet de mesurer l'évolution de la délinquance au-delà des seules statistiques administratives de la police et de la gendarmerie, en sondant 16.000 Français de 14 ans et plus, qui ne portent pas systématiquement plainte lorsqu'ils sont victimes. 

"En 2017, une personne sur trois cite le terrorisme et les attentats comme le problème le plus préoccupant pour la société française (32%)", selon cette étude. Pour la première fois depuis 2006, la "proportion de personnes inquiètes à cause du terrorisme prend le pas sur celle mesurée pour le chômage (23%)", poursuit l'étude.

Pour autant, les Français déclarent être moins préoccupés par la délinquance (9% en 2017 contre un peu un peu moins de 14% en 2014).

Une nouvelle fois, l'étude met en évidence des taux de plainte variables selon le type de faits. Si les atteintes aux biens sont celles pour lesquelles les taux de plaintes sont les plus élevées (75%), les violences sont suivies d'une plainte dans moins de 30% des cas. Ce taux tombe à moins de 15% lorsqu'il s'agit de violences sexuelles ou de violences dans le ménage ou au sein du couple.

Parmi les indicateurs à la baisse, l'étude relève le recul en 2016 des cambriolages et tentatives de cambriolages, amorcé en 2015. L'étude estime à 470.000 le nombre de ménages victimes contre 550.000 en 2014.

Les violences physiques hors ménage connaissent aussi une baisse significative en 2016 (610.000 victimes estimées contre 770.000 en 2015). 

Après avoir augmenté jusqu'en 2013 (372.000 victimes), le nombre de personnes ayant subi un vol ou une tentative de vol avec violence, qui avait significativement baissé en 2014, continue à décroitre en 2016 avec 186.000 victimes. Dans 40% des cas de vols violents, un téléphone portable était convoité par l'agresseur.

L'enquête souligne aussi la forte hausse depuis 2010 des débits frauduleux sur les comptes bancaires: un peu plus de 1,2 million de ménages possédant un compte bancaire ont déclaré en avoir subi un.   

 
46 commentaires - Le terrorisme devient le premier sujet de préoccupation des Français, devant le chômage
  • La terre serait un paradis sans l'islam

  • Et surtout de la religion qui le pratique.

    vous nous parlez des attentats commis en Europe je suppose. Dois-je vous rappeler que l'attentat le plus meurtrier en Europe a été commis par un extrémiste de droite et quand est -il pour les états-unis ?

    13 novembre 2015 130 morts.
    et 238 depuis janvier 2015.

    Celui que vs sitez et bien loin derrière.

  • C'est normal d'avoir peur des attentats..mais on fait ce sondage au moment où l'on rentre dans une période de fêtes les gens iront à la messe..les rues animées les magasins..pleins à craquer..ett le rassemblement traditionnel pour le nouvel an sur les Champs Elysées..ça oriente obligatoirement les réponses je n'y crois pas(et puis qui sont les sondés)trop facile de choisir une période pour manipuler le sondage aurait été fait en période de vacances le résultat serait différent..non je crois que le chômage pouvoir d'achat ...les inquiètent plus mais certains adorent ce climat et ferait n'importe quoi pour même noircir la situation si ils pouvaient...et puis si les électeurs se tournaient vers eux quel pied.

  • Johnny et ses obsèques ne passeraient pas avant?

  • Non aujourd'hui les "FRANCAIS pleurent Johnny". En tout cas c'est ce que les média véhiculent. J'ai traverser plusieurs fois la ville où j'habite et ici la vie continue. Alors selon les mêmes médias, cela sous entend que le terrorisme et les provocations de TRUMP passent en second. Le chômage et le terrorisme devraient l'être. Mais qu'importe, Johnny est mort. Snif

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]